Dossier : 10 bonnes nouvelles en Europe

Royaume-Uni : exit pour les politiques

La grande manifestation du 20 octobre est un puissant rappel à l’ordre démocratique. Un épisode plutôt rare aujourd’hui dans une Europe infestée par les nationalismes et populismes de droite et d’extrême droite.

Les citoyens britanniques auront-ils leur mot à dire sur l’éventuel accord fixant les modalités de la séparation, accord toujours en carafe entre le gouvernement de Theresa May et l’Union européenne (UE) ? À l’appel du mouvement « People’s Vote » (Le vote du peuple), qui réunit de nombreuses associations europhiles, des centaines de milliers de manifestants se sont mobilisés – ils étaient 700 000 le 20 octobre dans les rues de Londres – pour exiger de pouvoir donner leur avis sur l’accord avec l’UE et, in fine, reprendre leur destin en main, pour cette étape qui sera un tournant majeur pour l’avenir du Royaume-Uni.

Sans remettre en cause le résultat du référendum qui a vu en juin 2016 les partisans de la sortie de l’UE l’emporter (par 51,89 %), on peut en effet voir dans cette mobilisation massive – la plus importante depuis l’immense manifestation en 2003 d’un million de personnes contre la participation britannique à la guerre en Irak voulue par Tony Blair – une volonté profonde de se réapproprier le destin du pays, en reprenant la main sur la mise en œuvre du Brexit, qui, de fait, est accaparée par la classe politique, en particulier par le camp conservateur au pouvoir.

Il reste 50% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents