Yolande Moreau : « L’Europe perd son âme »

Signataire du Manifeste pour l’accueil des migrants, Yolande Moreau s’indigne de la lâcheté des politiques face à la rhétorique d’extrême droite.

En 2015, elle signait l’Appel des 800 pour résoudre la situation des migrants dans la jungle de Calais. L’année suivante, elle réalisait son premier documentaire, Nulle part, en France, pour Arte, afin de relater les conditions de vie à Calais et à Grande-Synthe, documentaire porté par un texte à l’âpreté poétique sublime de Laurent Gaudé. La comédienne Yolande Moreau (1) s’est ralliée au Manifeste pour l’accueil des migrants, non sans amertume ni colère devant une situation devenue « insupportable ».

Quatre ans après votre documentaire à Calais et à Grande-Synthe, quel souvenir en gardez-vous ?

Yolande Moreau : J’en garde surtout le souvenir d’un contact avec les personnes, de relations fortes avec les migrants, comme Haoré, kurde, l’un des personnages du film, et les associations. Nous étions au cœur des camps, avec une petite équipe de tournage. Mais ce que c’est devenu est encore pire qu’avant – et insoutenable.

Êtes-vous retournée à Calais depuis ?

Non, je n’y suis pas retournée, mais j’observe régulièrement ce qui se passe à Calais et à Grande-Synthe ; je suis Damien Carême, le maire de cette ville, dans ses démarches, l’actualité du camp de Grande-Synthe, ce qui s’est produit quand il a flambé, ce qui arrive depuis… Il faut savoir qu’on vous empêche maintenant de donner à manger aux migrants ! C’est épouvantable.

Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la situation ?

Ce qui m’effraie, et c’était déjà le cas à l’époque du documentaire, c’est la montée toujours plus forte et angoissante des extrêmes droites un peu partout en Europe – une Europe qui se ferme de plus en plus. J’admets que ça ne doit pas être facile pour les politiques, mais je ne supporte plus de les entendre parler sur un ton condescendant. Le cas de l’Aquarius, qu’on empêche d’accoster, en est un exemple. C’est tellement monstrueux ! On vit une époque du chacun pour soi. Au nom de quoi l’humain est-il toujours relégué ? C’est insupportable. Surtout en sachant que la France a accueilli si peu de migrants… On en fait des choux gras à chaque accueil, alors qu’en réalité cela reste ridicule. Bien sûr, il y a beaucoup de réfugiés, et il y en aura toujours plus, mais ce que propose l’Europe n’est pas une solution. À quoi sert-il de construire des camps qui coûtent une fortune plutôt qu’un accueil ? C’est toujours la peur qui prime, la peur qui domine.

Vous êtes-vous impliquée différemment pour l’accueil des migrants ?

Il reste 48% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents