LFI et les gilets jaunes : bienveillance et distance

Réunis à Bordeaux les 8 et 9 décembre, les insoumis ont participé aux cortèges mais réfutent toute récupération.

De part et d’autre de la route qui longe la Garonne, samedi 8 décembre à Bordeaux, les acteurs de la marche pour le climat et les gilets jaunes ont cohabité avec bienveillance avant de prendre deux directions opposées. Quelques chasubles jaunes tranchent dans les rangs des manifestants pour le climat. Quelques manteaux d’hiver font pâle figure dans le déluge fluo. Dans le yin et le yang des colères de ce mois de décembre, un autre sigle : le « phi » de La France insoumise. Avant le départ des cortèges, une délégation de LFI s’est jointe aux groupes : Jean-Luc Mélenchon, Adrien Quatennens, Ugo Bernalicis, Danièle Obono et le député du cru, Loïc Prud’homme, sont accueillis par quelques applaudissements, quelques huées aussi.

Réunie au parc des expositions de Bordeaux, la convention annuelle de LFI, qui devait être consacrée aux élections européennes (lire ici), a été happée par les gilets. « Ce mouvement est une belle chose, il est celui du peuple », estime Solange, membre d’un comité d’action dans le Rhône. « Il est trop beau pour être éclaté par les récupérations politiques », prévient-elle toutefois. Beaucoup d’insoumis partagent ce point de vue : soutenir, accompagner le cortège des gilets, oui ; se l’approprier, non. Une position pas toujours facile à tenir, entre soutien absolu et condamnation des revendications à caractère anti-migrants égrenées çà et là sur les ronds-points français. La dénonciation aux forces de l’ordre, le 20 novembre dans la Somme, d’un camion transportant des migrants n’est pas dans leur ADN. « On soutient les plus démunis, qu’ils viennent de France ou d’ailleurs », souligne Solange. « Les gilets jaunes sont à l’image des Français, ils sont blancs, noirs… et une poignée d’entre eux sont racistes, constate Rossana Morain, ex-candidate aux législatives. La violence vis-à-vis des migrants, c’est aussi celle du gouvernement quand il refuse d’accueillir l’Aquarius. »

Il reste 43% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents