Gilets jaunes : une liste et un parti

Une partie des gilets jaunes se lancent dans des initiatives électoralistes qui ne font pas l'unanimité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Annoncée le 23 janvier par un simple communiqué, la liste de gilets jaunes pour les européennes baptisée « RIC », pour Ralliement d’initiative citoyenne, fortement médiatisée, a déjà du plomb dans l’aile. Marc Doyer, annoncé parmi les dix premiers noms de cette liste conduite par l’aide-soignante normande Ingrid Levavasseur, bien qu’il n’ait jamais été sur un rond-point, s’est retiré le 28 janvier. Il lui était reproché d’avoir été candidat à la candidature En marche ! aux législatives et membre du bureau départemental LREM de l’Oise jusqu’à fin décembre. Le même jour, Hayk Shahinyan, le directeur de campagne, faisait savoir qu’il se retirait du projet pour « prendre du recul ».

L’initiative de cette liste, lancée avec le « soutien moral » de Bernard Tapie ainsi que l’a précisé Ingrid Levavasseur, a été saluée positivement par plusieurs ministres et élus macroniens. Elle est toutefois très loin de faire l’unanimité parmi les gilets jaunes, d’où ces désistements. « Ces candidatures […] feront le jeu de LREM » en faisant baisser les votes pour les autres partis, a déploré dans un communiqué « La France en colère ! », le groupe d’Éric Drouet, après une consultation de ses membres dont 18 000 (98 %) sont contre une liste gilets jaunes. Cette liste « va faire monter en flèche LREM », estime pareillement Jacline Mouraud. Cette Bretonne de 51 ans, qui se présente comme hypnothérapeute et artiste, a annoncé dimanche à Orléans la création de son propre parti, « Les Émergents », qu’elle n’envisage de présenter aux élections qu’en 2020, aux municipales.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents