Fonction publique : « Ils vont y aller à la hache »

Le gouvernement n’a pas infléchi son projet de réforme du management dans la fonction publique, qui prépare le terrain à une grande cure d’amaigrissement des services publics.

Erwan Manac'h  • 20 février 2019 abonné·es
Fonction publique : « Ils vont y aller à la hache »
© photo : À Creil, dans l’Oise, la maternité de niveau 3 a été transférée à 12 km. crédit : Philippe HUGUEN/AFP

Derniers ajustements, avant les grands travaux. Les règles de management pour les 5,7 millions de fonctionnaires vont être profondément revues, par l’intermédiaire du projet de loi de « transformation de la fonction publique » présenté le 13 février par le gouvernement. Le texte reprend les grandes lignes des ordonnances travail, qui ont remodelé en 2017 le code du travail dans le secteur privé : « flexibilité », « agilité du dialogue social » et « vélocité » dans le changement de modèle.

À lire aussi >> Derrière le paravent du grand débat…

Cela passe par un affaiblissement des syndicats, avec la fusion des instances représentatives des agents (CT et CHSCT) au sein d’un « comité social d’administration » (CSA). Les représentants du personnel n’auront plus leur mot à dire au préalable sur les projets de mutation, de mobilité ou de réorganisation, comme c’est actuellement le cas. Pour donner plus de « leviers » aux managers, administration par administration, le gouvernement s’autorise également à réécrire, par ordonnances, les règles des négociations à l’échelle locale, et à faire en sorte que ces accords priment sur les règles nationales. Ce dynamitage du jeu syndical vise à préparer une profonde réforme de la fonction publique, qui conduira de gré ou de force au reclassement de dizaines de milliers de fonctionnaires dont la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
Ce boulanger syndicaliste qui dérange
Reportage 21 février 2024 abonné·es

Ce boulanger syndicaliste qui dérange

Christian Porta, délégué syndical CGT de Neuhauser, une boulangerie industrielle, est menacé de licenciement pour harcèlement moral envers… sa direction. En une dizaine d’années, lui et son syndicat ont obtenu de nombreux acquis sociaux.
Par Pierre Jequier-Zalc
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »
Entretien 20 février 2024

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »

Alors que le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe s’étaient mis d’accord pour instaurer une présomption de salariat pour les travailleurs des plateformes, Emmanuel Macron a réussi à faire échouer le projet de directive. Entretien avec Leïla Chaibi, députée européenne LFI.
Par Lucas Sarafian