Macron, l’autoritaire prioritaire

Gilets jaunes, affaire Benalla… : l’Elysée choisit la fuite en avant, avec des mesures législatives qui restreignent les droits, et des tentatives d’intimidation de la presse.

Emmanuel Macron menace-t-il les libertés publiques et les droits individuels ? La question paraîtra sans doute insultante aux macroniens. Elle surprendra peut-être ceux qui ont cru au discours qui lui a valu son élection. L’ancien ministre de l’Économie de François Hollande a certes un programme économique et social détestable, nous expliquait-on, mais au moins préservera-t-il les conditions d’une démocratie qui permettra de s’opposer et de combattre sa politique. Près de deux ans plus tard, et quelques milliers de blessés en manif, il est cependant grand temps d’interroger la pratique du pouvoir très verticale d’un Président qui, selon les propos rapportés par les cinq journalistes convoqués par lui à l’Élysée la semaine dernière, perçoit dans le pays l’aspiration à un « besoin de commandement » et estime urgent de redorer le blason des « forces organiques » qui constituent « notre identité de peuple » : la famille, les communes, les territoires, l’État. Un Président qui voit, a-t-il encore expliqué, dans la persistance des manifestations des gilets jaunes l’œuvre de « 40 000 à 50 000 ultras », militants d’extrême gauche et d’extrême droite, acharnés à « provoquer une crise de régime » car ils veulent « la destruction des institutions ».

À lire aussi >> Un bâillon de plus sur le droit de manifester

Quand, au plus haut sommet de l’État, ceux qui contestent la politique du gouvernement sont perçus comme des « foules haineuses », appuyées qui plus est par des puissances étrangères, comment s’étonner que les forces de l’ordre répriment avec autant de brutalité un mouvement social pourtant soutenu par une majorité de Français ? Malgré un nombre important de blessés depuis le 17 novembre (1 900 civils, 1 200 membres des forces de l’ordre, selon les autorités), le gouvernement n’envisage aucun encadrement plus strict de l’usage de la force par sa police, et récuse toute interdiction des lanceurs de balle de défense et des grenades de désencerclement. Signe d’une volonté répressive sans précédent, le nombre de gardes à vue, de comparutions immédiates et de condamnations bat tous les records pour un mouvement social. Sans grand effet sur la détermination des gilets jaunes et sur l’opinion publique qui les soutient.

Il reste 53% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents