Un bâillon de plus sur le droit de manifester

Le gouvernement fait voter une loi, dite « anti-casseurs », jugée liberticide et dangereuse jusque dans les rangs macronistes.

Michel Soudais  • 6 février 2019 abonné·es
Un bâillon de plus sur le droit de manifester
© photo : Le 1er mai 2017 à Paris.crédit : Julien Mattia/NurPhoto/AFP

La « loi anti-casseurs », adoptée mardi par l’Assemblée nationale, suscite un tollé parmi les défenseurs des libertés publiques et des droits individuels. Sous prétexte d’empêcher les actes violents lors des manifestations, ce texte restreint la liberté de manifester et semble bien avoir pour objectif de dissuader un peu plus les citoyens d’exercer cette liberté, quand ils n’y ont pas déjà renoncé par crainte d’être victimes des agissements violents des forces de l’ordre nullement inquiétées par cette proposition de loi sécuritaire. Annoncée le 7 janvier par le Premier ministre, Édouard

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 6 minutes