Dossier : Des super marchés contre les supermarchés

Pain bio et pommes de terre politiques à l’Amap de Saclay

Les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne sont emblématiques de l’essor des circuits courts.

Les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (Amap) sont emblématiques de l’essor des circuits courts dans l’alimentation en France. La pionnière s’est lancée en 2001 à Aubagne (Bouches-du-Rhône), elles étaient plus de 2 000 en 2015 (1). Fondé sur la vente directe et la solidarité économique entre producteurs et consommateurs, le modèle vise à préserver une agriculture paysanne, écologique et équitable à proximité des centres urbains. Créée sur le plateau de Saclay (Essonne) il y a quinze ans, l’Amap les Jardins de Cérès, la plus importante d’Île-de-France, avec 250 adhérents, témoigne de l’impact d’un mode alternatif de distribution qui ne peut plus être qualifié de mode. Rencontre avec son président, Cyril Girardin.

En quinze ans de pratique, quels succès retenez-vous ?

Cyril Girardin : Tout d’abord, la pérennité du partenariat initial, avec Cristiana et Emmanuel Vandame, fermiers à Villiers-le-Bâcle (Essonne). Et bien sûr leur trajectoire, qui les ancre toujours plus dans la conviction que cette relation étroite avec les consommateurs leur est bénéfique. Cultivateurs de blé sur plus de 200 hectares, en conventionnel à l’époque, ils sont aujourd’hui 100 % bio. Les cultures maraîchères (pommes de terre et lentilles), destinées aux adhérents de l’Amap, n’occupent cependant qu’une toute petite superficie. L’évolution décisive s’est dessinée quand les Vandame se sont lancés dans la meunerie, puis la construction d’un fournil en 2011. Il n’y avait plus de boulangerie à Villiers-le-Bâcle (1 300 habitants), on y trouve désormais un pain bio issu d’un blé cultivé à moins d’un kilomètre. Et l’activité a contribué à stabiliser l’économie de la ferme tout en créant trois emplois. Le succès a dépassé les espérances : la boulangerie livre les Jardins de Cérès mais aussi les campus universitaires locaux et d’autres Amap voisines.

Ces projets ont-ils inspiré des développements aux alentours ?

Une dynamique vertueuse s’est enclenchée. Des Amap sont nées depuis dans les environs. Aujourd’hui, 17 % de la production agricole du plateau de Saclay est bio, c’est quatre fois plus que la moyenne en Île-de-France. Nous y avons contribué par une étude menée en 2006 sur la faisabilité de circuits courts pour la restauration collective des pays de Saclay.

Par ailleurs, la relation initiale s’est élargie : nous avons noué des partenariats avec une quinzaine d’autres producteurs (cresson, miel, fromage, lait, poulets, œufs, champignons, tisanes, etc), qui travaillent tous dans l’esprit Amap. La taille des Jardins de Cérès contribue à cet effet d’agrégation, et les paniers mensuels distribués sont bien diversifiés. En outre, certains les complètent auprès d’autres Amap, un mode d’approvisionnement devenu dominant pour ces usagers, couvrant jusqu’à 80 % de leurs achats alimentaires.

Cet ancrage incite-t-il la structure à grossir pour gagner en impact ?

Il reste 37% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents