Algérie : La rue fait vaciller le « système »

Abdelaziz Bouteflika a annoncé qu’il démissionnerait d’ici au 28 avril, mais ça ne suffira pas.

Gilles Wullus  • 3 avril 2019
Partager :
Algérie : La rue fait vaciller le « système »
© photo : À Alger, le 22 mars.crédit : RYAD KRAMDI/AFP

Ça ne suffira pas. Abdelaziz Bouteflika a peut-être annoncé qu’il démissionnerait d’ici au 28 avril (qui n’est après tout que la fin officielle de son quatrième mandat), les foules qui envahissent par millions les rues d’Algérie depuis six semaines n’y voient là qu’une énième manœuvre du « système » pour garder la main. Car cette démission, annoncée par communiqué puisque le président reste claquemuré dans sa résidence médicalisée de Zeralda, va entraîner une élection présidentielle dans les trois mois qui suivent. Pilotée par qui ? Le président par intérim sera un cacique du régime, et le nouveau gouvernement nommé le 31 mars est une copie technocratique du précédent… L’armée ? C’est bien le lâchage de Bouteflika par son chef d’état-major qui a précipité ce retrait. Le général Salah avait suggéré que le président soit déclaré inapte, mais ce dernier a préféré la démission, moins humiliante. Preuve que le bras de fer se joue en coulisses entre le clan Bouteflika et la hiérarchie militaire, pour préserver leurs parts du gâteau d’hydrocarbures (le seul qui reste à partager, représentant presque 100 % des exportations). Est-ce pour offrir des boucs émissaires à la rue que les « oligarques » ont été interdits de sortir du territoire, l’un deux, Ali Haddad, ayant même été arrêté à la frontière tunisienne ?

Cependant, le jeu d’ombres est précisément ce que rejettent les manifestants depuis le 22 février. Ce qu’ils réclament avec force, à l’instar d’Omar Benderra (lire ici), c’est un processus démocratique large et ouvert, qui puisse élaborer un nouvel avenir, et notamment une nouvelle constitution. Choisir un nouveau président, surtout si les élections sont organisées dans l’opacité, voire la magouille, n’est pas leur priorité. Pour l’instant, c’est la rue qui garde la main.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban