Benoît Biteau : D’abord paysan !

En position éligible sur la liste EELV, Benoît Biteau revendique sa passion et son expérience d’agriculteur militant.

Paysan investi, fils d’agriculteurs et petit-fils de paysans de Charente-Maritime, à Sablonceaux, à trois encablures de La Rochelle. Toise haute et silhouette large. Mais le parcours franc du collier de Benoît Biteau, né en 1967, n’a pas été le plus direct. Parce qu’au sortir du lycée, avec un bac scientifique, il enquille deux BTS, le premier en génétique, autour des semences, le second sur la gestion de l’eau. À la clé, un poste de directeur d’un bureau d’études sur l’irrigation et le drainage en région Poitou-Charentes.

Rapidement, le jeune homme sent qu’il n’est pas à sa place et passe le concours d’ingénieur des techniques agricoles. Rencontre déterminante et révélation. Il a 30 ans, travaille pour les haras nationaux sur le clonage, la conservation des races locales et anciennes, puis au service d’une coopérative agricole, en charge du développement. Et déjà sourdent ses inspirations vers l’écologie, renforcées par ses formations. Il le sait : « On ne peut pas pratiquer l’agriculture avec des logiques qui entendent mettre la nature au pas. Le salut du développement agricole, c’est de coopérer avec elle. Pratiquer une agriculture dépendante des engrais de synthèse et des pesticides dérivés du pétrole conduit l’agriculteur et l’agriculture dans l’impasse », observe-t-il alors qu’il entre dans la fonction publique territoriale, en conservateur du patrimoine au parc du Marais poitevin. « C’est comme un conservateur de musée, à ceci près que ma spécificité est celle du patrimoine technique, scientifique et naturel, sur l’ensemble des espèces, sur les variétés cultivées, les races d’élevage », précise-t-il. Pour qui mange bio et local, et surtout sans conservateurs, c’est assez cocasse.

Il reste 66% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.