Gaspard Glanz interdit de journalisme

Pour avoir fait un doigt d’honneur à un policier, le journaliste indépendant s'est vu infliger par le parquet une interdiction de séjour à Paris le 1er mai et tous les samedis jusqu’à son procès, le 18 octobre.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le journaliste indépendant Gaspard Glanz, connu pour ses reportages vidéo au cœur des mobilisations, ne pourra plus exercer son métier. Pour avoir fait un doigt d’honneur à un policier lors de l’acte 23 des gilets jaunes, samedi 20 avril à Paris. Le parquet de Paris a en effet obtenu son interdiction de séjour à Paris le 1er mai et tous les samedis jusqu’à son procès, le 18 octobre. Chaque étape de cette histoire – ou plutôt dérive – soulève son lot de questions. Avant d’en arriver à présenter rageusement son majeur aux forces de l’ordre, Gaspard Glanz cherchait des explications. Pourquoi lui et un groupe de journalistes ont-ils été visés par une grenade ? Aucune réponse, un agent le repousse violemment. Comment justifier sa mise en garde à vue ? « Participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations » et « outrage ». Un classique. La justification devient moins aisée quand il s’agit d’expliquer le prolongement de sa garde à vue, la portant à 48 heures.

À lire aussi >> Gaspard Glanz, caméra au poing

Le « journaliste de rue », comme il se désigne, ne découvre pas la répression. À de nombreuses reprises, les autorités publiques l’avaient corseté dans l’exercice de ses fonctions. En pleine couverture du démantèlement de la « jungle » de Calais en octobre 2016, la police l’arrête. Pendant ses 33 heures de garde à vue, il découvre, qu’en plus d’être fiché S, il est interdit de séjour dans le Pas-de-Calais par arrêté préfectoral. L’interpellation de Gaspard Glanz a indigné toute la profession. Son interdiction d’exercer rajoute à l’attaque contre la liberté de la presse. On pensait toucher le fond, mais il est encore possible de creuser. Ça glisse, encore et encore…


Haut de page

Voir aussi

Articles récents