Philosophie française

Mais c’est qui, ce très sinistre mec qui raconte sur une chaîne d’« info » que les femmes ne devraient pas jouer au football ?

L’autre jour, dans un café parisien – avec un comptoir en zinc –, des enfants de 5 ans m’ont demandé : mais c’est qui, ce très sinistre mec qui raconte sur une chaîne d’« info » – on le dit avec des guillemets, tavu ? – que les femmes ne devraient pas jouer au football parce que bon, « l’égalité », d’accord, mais il ne faudrait pas non plus que les porte-couilles se laissent déposséder de toutes leurs prérogatives, parce que sinon, quoi ? On va aussi inventer un « rugby » pour les gonzesses ? Et pourquoi pas de la « boxe », tant qu’on y est ?

Puis d’insister : c’est qui, sérieux, ce très triste sire qui ajoute ensuite, et sans ciller, quelques mois seulement après qu’un suprémaciste blanc a tué onze personnes dans une synagogue de Pittsburgh, Pennsylvanie (1), qu’« aux États-Unis » il y a « un antisémitisme très répandu dans la communauté noire » ?

C’est un philosophe, petit·e·s, ai-je répondu. C’est du moins ce qu’affirment ses éditeurs et les journalistes qui, régulièrement, lui déroulent des tapis rouges, mais pour ce que j’en sais, le mec, depuis toutes ces années, est surtout spécialisé dans le commentaire dégueulasse de l’actualité, un peu comme celui qui est vautré tout là-bas, tout au bout du zinc, regardez, et qui depuis tout à l’heure débite des obscénités en éclusant des pastis – à ceci près, bien sûr, que jamais ce pauvre type ne sera, quant à lui, invité à cracher son venin à des heures de grande écoute par la crème de la crème de l’entertainment télévisé, parce que lui n’est pas officiellement philosophe, alors que l’autre gars, si, comme je vous disais : il a même été élu à l’Académie française.

Il reste 42% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents