Avignon in : Ce qui va mourir vous salue…

Dans Dévotion, de Clément Bondu, une jeune promotion de comédiens convoque majestueusement les spectres européens.

Anaïs Heluin  • 2 juillet 2019 abonné·es
Avignon in : Ce qui va mourir vous salue…
© crédit photo : baptiste muzard

Avec sa veste militaire d’un autre temps et son verbe du même acabit, le jeune comédien qui tient lieu de chœur à lui tout seul dans le prologue de Dévotion – Dernière offrande aux dieux morts nous met en garde : ce que l’on s’apprête à voir sur scène est « appelé à périr, à disparaître ». Artistes, décors, matériel technique… Tout est déjà « en route vers le néant ». Comme toujours chez Clément Bondu, qui, avec son groupe ­électro-rock Memorial* comme avec sa compagnie Année Zéro, compose oratorio sur oratorio. Poème dramatique sur poème dramatique, où des héros-conteurs anonymes voyagent

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Théâtre
Temps de lecture : 3 minutes