La Seine-Saint-Denis en guerre contre l’État

Contre les inégalités territoriales, des élus du département ont décidé de saisir la justice pour obliger la puissance publique à prendre les mesures nécessaires.

• 10 juillet 2019 abonné·es
La Seine-Saint-Denis en guerre contre l’État
© photo : Le maire de La Courneuve, Gilles Poux. crédit :JACQUES DEMARTHON/AFP

O n a décidé de se jeter à l’eau pour en entraîner d’autres : la Seine-Saint-Denis est la tête de gondole de ce combat ! » a lancé le maire (PCF) de La Courneuve, Gilles Poux, lors des Assises pour l’égalité territoriale qu’il organisait le 27 juin dans sa mairie. « Nous allons monter en puissance », a averti l’édile avant de lancer : « Quand, dans les quartiers nord de Marseille, les dealers prennent la place de l’État pour organiser des activités sociales, on voit bien qu’on bascule ! »

À La Courneuve ce jour-là, plusieurs élus – principalement de gauche – sont venus montrer leur soutien, confier leur analyse et s’inscrire dans le bras de fer avec l’État. Clémentine Autain, députée Ensemble-LFI, Stéphane Peu, député PCF, Philippe Rio, maire PCF de Grigny (Essonne), Marie-George Buffet, députée PCF, Azzedine Taïbi, maire (PCF) de Stains, Stéphane Troussel, président (PS) du conseil départemental… Tous s’alarment de l’accroissement des inégalités et multiplient les mobilisations.

Gilles Poux a ainsi publié en avril un atlas dans lequel il dresse un portrait détaillé de sa commune et des inégalités structurelles qu’elle subit. On peut y lire que son taux de pauvreté est trois fois plus élevé qu’au niveau national et que, pourtant, les crédits « politique de la ville », censés compenser les inégalités sont de 28 euros pour chaque Courneuvien, quand ils sont de 42 euros par habitant au niveau national…

Cette étonnante disparité illustre parfaitement les conclusions d’un rapport parlementaire de mai 2018, dans lequel deux députés, François Cornut-Gentille (LR) et Rodrigue Kokouendo (LREM), dénoncent une « République en échec » dans le département de

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

Face au RN, les contradictions de la Macronie
Analyse 21 février 2024

Face au RN, les contradictions de la Macronie

Au sein de la coalition présidentielle, les positions sont très floues sur l’attitude à adopter face à la formation de Marine Le Pen. Les erreurs et les « fautes » sur le sujet rendent la ligne macroniste illisible et inconséquente face à la progression de l’extrême droite dans le pays.
Par Lucas Sarafian
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc