Au nom de l’humanité

Pour se souvenir que les morts ne sont pas que des statistiques, il faut les identifier. Le travail sur les victimes de la Shoah a ouvert la voie, qui se poursuit avec les migrants que l’Europe laisse se noyer.

N ommer ces ombres pâles, c’est déjà les convoquer à la lumière du jour… » C’est par ces mots que le philosophe Vladimir Jankélévitch saluait, dans Le Nouvel Observateur du 22 mai 1978, l’entreprise de Beate et Serge Klarsfeld de publier in extenso les noms des 76 000 déportés juifs de France ayant péri dans la nuit et le brouillard des camps d’extermination et de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. Car les nazis, pour cacher leurs crimes mais aussi pour dénier leur humanité à leurs victimes, avaient refusé de leur accorder toute sépulture digne, indissolublement liée au souvenir du défunt et donc à la trace que matérialisent l’identification et la dénomination du mort. La déshumanisation passe par là. Et les bourreaux en sont également déshumanisés.

À lire aussi >> Méditerranée : « Le cimetière des anonymes »

Dans son ultime livre, le spécialiste de la Grèce antique Jean-Pierre Vernant (1) expliquait le sens de « l’outrage aux cadavres » dans L’Iliade, quand Achille refuse à Priam de lui rendre le corps d’Hector et, « à l’arrière de son char, le traîne dans la poussière jusqu’à le rendre méconnaissable ». Et l’historien d’ajouter qu’on détruisait ainsi « toute trace d’humanité ».

La volonté de garder une trace des défunts, surtout après un massacre ou une catastrophe de masse, prend donc un sens particulièrement aigu pour les vivants – ou les survivants. L’acte de Serge et Beate Klarsfeld d’imprimer la liste des 76 000 noms des juifs français assassinés par les nazis entre 1940 et 1945 répond à ce principe de laisser une trace indélébile et, ainsi, de refuser l’oubli, synonyme d’anéantissement, souhaité par les bourreaux.

Une phrase de Simone de Beauvoir – écrite dans un contexte différent puisqu’elle s’inscrivait dans sa volonté de lutter contre le viol et les violences faites aux femmes, trop souvent ignorées ou dissimulées – traduit cette même exigence : « Nommer, c’est dévoiler, et dévoiler, c’est agir ! »

Il reste 70% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents