« De cendres et de braises », de Manon Ott : liberté la nuit

Dans De cendres et de braises, Manon Ott, cinéaste et chercheuse, filme des habitants des Mureaux. Elle accompagne son documentaire d’un livre.

Comment filmer la banlieue et ceux qui y habitent ? L’exercice n’est pas aisé. Notamment parce que la plupart des réalisateurs n’en viennent pas, n’y vivent pas. Mais en être ne suffit pas à aiguiser un regard juste et à le donner en partage. Depuis La Haine (1995), nombre de films s’y essaient, des fictions comme des documentaires, aujourd’hui plus encore qu’hier. La semaine dernière, ici même, nous évoquions Nous, le peuple, de Claudine Bories et Patrice Chagnard. Bientôt, on verra Les Misérables, de…

Il reste 89% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents