Le référendum ADP cherche à redécoller

L’objectif légal semble difficile à atteindre, mais le million de signataires pourrait être atteint fin septembre. Les organisateurs de la campagne dénoncent le black-out médiatique.

Comment recueillir 4 717 396 signatures d’ici au 12 mars 2020 ? « Dans les différents réseaux militants, la question est dans toutes les têtes », reconnaît Vincent Gay, coordinateur pour Attac de la mobilisation contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). Car en cette rentrée, le bilan de la collecte de soutiens est, il en convient, « un peu mitigé ». Partie en flèche le 13 juin, au lancement du site Internet du gouvernement, la collecte s’est considérablement ralentie cet été.

Au 1er juillet, le Conseil constitutionnel recensait 480 300 soutiens, dont 97 % avaient « franchi avec succès le stade des vérifications administratives auxquelles il incombe au ministère de l’Intérieur de procéder ». Le 29 août, les « Sages » annonçaient l’enregistrement de 713 000 soutiens, étant entendu que « ce nombre prend en compte à la fois les soutiens enregistrés sur Internet, par leurs propres moyens, par les électeurs inscrits sur les listes électorales, et ceux qu’ils ont déposés sur les équipements mis à leur disposition dans plus de 2 000 communes ou dans les consulats ». Lors du lancement de la procédure, il fallait 17 000 signatures par jour pour espérer atteindre l’objectif, mais après deux mois d’été à la moyenne quotidienne sous les 4 000 signatures, il en faudrait désormais chaque jour 21 640, a calculé le très intéressant site de comptage adprip.fr.

Les opposants à la privatisation d’Aéroports de Paris ne s’avouent pas vaincus pour autant. « On savait que l’été allait être un vrai handicap », explique Éric Coquerel. Le député insoumis estime que plusieurs événements peuvent relancer la dynamique. « Il y a un regain de mobilisation », abonde la présidente du groupe communiste au Sénat, Éliane Assassi. Avant de détailler comment les organisateurs de la Fête de l’Humanité entendent « redynamiser la campagne » ce week-end à La Courneuve. Plusieurs débats sur ADP y sont programmés, ainsi qu’une rencontre sur le stand des parlementaires communistes avec des représentants des 248 signataires de la proposition de loi référendaire à l’origine de la procédure de référendum d’initiative partagée (RIP). « Beaucoup de stands ont dédié une partie de leur espace au recueil des signatures », annonce-t-elle. Équipés d’ordinateurs connectés à Internet, ils pourront aussi faire remplir 100 000 formulaires Cerfa, qui seront enregistrés sur le site du gouvernement après la fête ou remis aux signataires invités à collecter à leur tour des signatures.

Il reste 72% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents