Le référendum ADP cherche à redécoller

L’objectif légal semble difficile à atteindre, mais le million de signataires pourrait être atteint fin septembre. Les organisateurs de la campagne dénoncent le black-out médiatique.

Michel Soudais  • 11 septembre 2019 abonné·es
Le référendum ADP cherche à redécoller
© photo : Des membres de la CGT portent des chasubles contre la privatisation d’ADP lors d’une manifestation de gilets jaunes, le 13 mars 2019 à Paris.crédit : Philippe LOPEZ/AFP

Comment recueillir 4 717 396 signatures d’ici au 12 mars 2020 ? « Dans les différents réseaux militants, la question est dans toutes les têtes », reconnaît Vincent Gay, coordinateur pour Attac de la mobilisation contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP). Car en cette rentrée, le bilan de la collecte de soutiens est, il en convient, « un peu mitigé ». Partie en flèche le 13 juin, au lancement du site Internet du gouvernement, la collecte s’est considérablement ralentie cet été.

Au 1er juillet, le Conseil constitutionnel recensait 480 300 soutiens, dont 97 % avaient « franchi avec succès le stade des vérifications administratives auxquelles il incombe au ministère de l’Intérieur de procéder ». Le 29 août, les « Sages » annonçaient l’enregistrement de 713 000 soutiens, étant entendu que « ce nombre prend en compte à la fois les soutiens enregistrés sur Internet, par leurs propres moyens, par les électeurs inscrits sur les listes électorales, et ceux qu’ils ont déposés sur les équipements mis à leur disposition dans plus de 2 000 communes ou dans les consulats ». Lors du lancement de la procédure, il fallait 17 000 signatures par jour pour espérer atteindre l’objectif, mais après deux mois d’été à la moyenne quotidienne sous les 4 000 signatures, il en faudrait désormais chaque jour 21 640, a calculé le très intéressant site de comptage adprip.fr.

Les opposants à la privatisation d’Aéroports de Paris ne s’avouent pas vaincus pour autant. « On savait que l’été allait être un vrai handicap », explique Éric Coquerel. Le député insoumis estime que plusieurs

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Économie Société
Temps de lecture : 8 minutes

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier