EELV : Un congrès pour transformer l’essai

Les militants verts devront désigner leurs dirigeants en novembre. Ils plaident pour l’unité mais peinent à se rassurer.

La photo était belle au mois d’août. Réunis à Toulouse pour les journées d’été du parti, Yannick Jadot, David Cormand, Eva Sas, Alain Coulombel et Karima Delli affichaient un sourire radieux. Toutes les mouvances d’Europe Écologie-Les Verts étaient rassemblées et se félicitaient encore du bon résultat (13,4 %) de la liste portée par Yannick Jadot aux élections européennes. Ragaillardis, après des années de vaches maigres, par la montée de la conscience écologique des Français – et des Européens – et l’engouement provoqué par les manifestations pour le climat, les écologistes tentaient de préparer sereinement le congrès du parti, qui se tiendra fin novembre à Saint-Denis (93), et d’en éloigner les querelles qui les ont divisés tant de fois auparavant. À l’époque, les cadres espéraient regrouper toutes les tendances et têtes du parti autour d’une unique « motion d’orientation ».

Le 10 octobre, date limite de dépôt des motions, ce n’est pas un mais quatre textes qui ont été déposés en vue du vote des 8 000 adhérents d’EELV : « L’Écologie au pouvoir, grandir ensemble pour gagner enfin », porté par la direction sortante, incarné par l’un de ses porte-parole, Julien Bayou ; « Le Temps de l’écologie », présenté par l’ancienne députée Eva Sas et soutenu, officieusement, par Yannick Jadot ; « Le Souffle de l’écologie, retouchons terre », porté par Alain Coulombel et Alain Lipietz ; et « Démocratie écolo » de Philippe Stanisière, soutenu par l’eurodéputée Karima Delli.

Si les deux derniers plaident pour un rapprochement des écologistes et des mouvements de gauche récemment convertis à l’écologie, les textes proposés par Julien Bayou et Eva Sas se rejoignent sur la nécessité de faire cavalier seul et de remplacer le clivage gauche-droite par un triangle idéologique entre nationalistes, libéraux et écolos. « Il y a ceux qui pensent que l’écologie politique doit s’imposer et ceux qui veulent raviver la flamme de la social-démocratie », résume un élu.

Il reste 57% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents