Les deux laïcités de la gauche

Doit-elle être utilisée pour combattre les religions, ou pour les isoler de l’État ? Bien qu’apaisé, le débat dure depuis 1905.

En jargon journalistique, les « marronniers » sont les sujets d’actualité qui reviennent régulièrement : les soldes, le chassé-croisé des vacances, les fêtes de fin d’année, la neige, la galette des rois, un débat sur l’islam et la laïcité… Halloween étant déjà passé, Noël encore loin, et des réformes lourdes de conséquences sociales approchant, c’est sur le voile porté ou non par les accompagnatrices scolaires que la polémique s’est faite cet automne. Premier à ouvrir le bal, le frontiste (soupçonné de recel de détournement de fonds publics) Julien Odoul, qui, le 11 octobre, s’en prenait à une mère voilée venue avec la classe de son fils assister à une séance au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Après d’infinis (faux) débats sur le féminisme, la liberté de culte ou ce-qui-était-souhaitable et ce-qui-ne-l’était-pas en France, le Sénat a enfoncé le clou la semaine dernière en adoptant, par 163 voix, l’interdiction du port du foulard lors des sorties scolaires.

« Il y a une instrumentalisation des enjeux de la laïcité à des fins électoralistes, aux relents racistes », dénonçait la députée Clémentine Autain (La France insoumise) lors d’une conférence de presse donnée pour l’occasion, à l’initiative de la sénatrice Sophie Taillé-Polian (Génération·s), en présence de Sylvie Robert (PS), Laurence Cohen (PCF), Esther Benbassa et Ronan Dantec (EELV). Un temps silencieuse, la gauche a enfin pris position. Le 1er novembre, dans une tribune publiée dans Libération, plusieurs dizaines d’élus ont apposé leur signature à côté de celle de la plateforme « L.E.S. Musulmans », du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), du Comité Adama, du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et d’autres pour dire « Stop à l’islamophobie ! » (1).

À LIRE > Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie !

Une marche est prévue ce dimanche 10 novembre à Paris. Il n’en a pas fallu plus pour faire réagir sur Twitter.

Il reste 76% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents