Un sexe pour un autre

Les Bonnes de Genet jouées par des hommes : une transposition chorégraphiée par Robin Orlyn.

En nos temps d’hybridation des genres et des styles, la frontière est poreuse entre la danse et le théâtre. La grande chorégraphe sud-africaine Robin Orlyn la franchit en montant Les Bonnes de Jean Genet à sa manière, qui n’oublie ni le rôle de la danse ni sa propre histoire marquée par la lutte contre l’apartheid et pour les populations opprimées. La pièce contient évidemment cette rage politique avec laquelle toute mise en scène peut jouer d’une façon directe ou indirecte. On pouvait donc espérer que cet…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents