« Ruy Blas », par Yves Beaunesne : Éloge de l’usurpateur

Dans le Ruy Blas monté par Yves Beaunesne, les comédiens mènent brillamment l’éternelle charge de Victor Hugo contre les puissants.

On ne se lasse pas de Ruy Blas. C’est bête comme chou et c’est grandiose à la fois. Victor Hugo lance à cœur perdu ses rêves politiques dans cette histoire d’un « ver de terre amoureux d’une étoile ». Un valet, un laquais, un sans-grade, presque un prolo, devient, grâce à une série de machinations, Premier ministre du royaume d’Espagne. Plus fort encore, il tombe amoureux de la reine et la reine répond à sa passion ! Ça finit mal, bien sûr. Ce sublime mélo n’est pas facile à monter, non pas en raison de…

Il reste 83% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents