Lille, un hospitalier en première ligne #2

Spécialisé en pneumologie, Léo*, jeune interne en médecine, raconte son quotidien face au coronavirus. Après une folle semaine de mobilisation, les premiers patients arrivent en réanimation. Avec les premiers décès.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Léo s’était porté volontaire samedi et dimanche pour la mise en route du tout nouveau pavillon Covid-19 équipé au pas de course en deux jours seulement au CHU de Lille (voir Lille, un hospitalier en première ligne #1). La presse locale l'a déjà dénommé « l’hôpital de guerre », même si aucun renfort militaire n’a été mobilisé. L’équipe pavillon est composée de personnels confirmés « mais inexpérimentés dans la pratique de cette médecine de campagne qui nous attend », décrit Léo. Nouvelle positive : le résultat des tests d’infection parviennent désormais en 12 heures, c’était jusqu’à quatre fois plus long la semaine dernière. « Ça va nous permettre d’orienter plus rapidement au bon endroit les patients atteints d’affection au poumon ». En clair : s’il ne s’agit pas du coronavirus, les sortir du pavillon plutôt que de les laisser côtoyer des malades du Covid-19 et risquer une contamination.

Pour le moment, la situation n’est pas encore tendue au CHU, mais les hôpitaux de la périphérie de Lille commencent à être débordés. Les premiers malades arrivés en réanimation cette fin de semaine au pavillon provenaient du foyer d'infection de l’Oise, l’un des premiers sites de cas groupés surgis en France au début de la pandémie. Deux des malades sont décédés. Léo confesse n’avoir jamais encore été directement confronté à la mort dans sa pratique. « On s’attend à vivre des situations difficiles. » Entre autres, l’annonce des décès systématiquement par téléphone aux familles. Qui n’auront par ailleurs pas pu visiter leurs proches dans la phase de fin de vie. « C’est un grand bouleversement pour nous aussi. Nous avons commencé à en prendre conscience cette fin de semaine. La question d’une assistance psychologique pour le personnel va se poser très rapidement… »

  • Le prénom a été changé.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents