L'irresponsabilité de Michel Cymes

L'animateur vedette de télévision reconnaît avoir « trop rassuré » les Français.

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Michel Cymes, médecin de formation, est l’un des animateurs de la télévision les plus suivis. Une valeur sûre, éminemment bankable en terme d’audimat, il fait les beaux jours de France Télévisions. S’adressant à un très large public auprès duquel il est d’une crédibilité sans faille, Michel Cymes se doit d’avoir une parole responsable, surtout en période de crise.

Or, le 3 mars, dans un clip promotionnel pour une émission spéciale sur le sujet qu’il allait animer, il s’est efforcé de rassurer en affirmant que le coronavirus entraînait « dans l’énorme majorité des cas […] un petit syndrome grippal, […] bref, tous les symptômes que l’on peut avoir quand on a le virus de la grippe. » Il conseillait en outre d’« éviter », et non pas de proscrire, les contacts avec les autres personnes.

La semaine dernière, dans l’émission « Quotidien », il déclarait encore que le Covid-19 était « une forme de grippe, un peu plus cognée que la grippe, mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans ».

Lundi soir, Michel Cymes a fait son « mea culpa » à la télévision. « J’ai probablement trop rassuré les Français », a-t-il admis. Il est aussi, à coup sûr, un dangereux irresponsable.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.