Voyage autour de nos chambres #7

Plus question d’aller danser en clubs. Parmi les meilleurs DJs de musique électronique français, Laurent Garnier et Arnaud Rebotini mettent donc de leur musique en ligne. Pour se trémousser chez soi, malgré les circonstances !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pionnier de la house et de la techno en France, qu’il a découvert en Angleterre avant de devenir l’un des principaux DJ du célèbre club Hacienda de Manchester à la fin des années 1980, Laurent Garnier demeure aujourd’hui l’un des créateurs les plus inventifs de ce courant musical trop souvent décrié. Alors que chaque week-end, il a l’habitude de parcourir la planète pour distiller ses fameux mix au long cours partout où l’on s’arrache sa présence, il est aujourd’hui, comme tout Français et comme tout DJ, contraint de rester chez lui. Il a donc décidé d’offrir à tous ses inconditionnels un mix gratuit – de sept heures – sur sa page Soundcloud.

« Heureusement, il nous reste la musique ! » a-t-il intitulé ce set à la fois subtil et énergique, typique de son style, enregistré en novembre 2019 dans un grand club japonais. « En ces temps difficiles, je pense à toutes les personnes autour du monde affectées par le virus, ainsi qu’à tous ceux qui travaillent dans les clubs, les festivals et les salles qui ont dû fermer », écrit-il dans un petit texte introductif, avant d’ajouter : « Le virus peut nous forcer à rester à la maison mais un samedi soir sans musique n’est juste pas possible ! » À écouter bien sûr fort (pas trop, pour les voisins, toutefois), sans modération et toute la nuit.

Autre belle initiative dans l’univers techno, la proposition du DJ Arnaud Rebotini de mettre en ligne chaque vendredi sur fip.fr un morceau (et son clip mis en image avec la collaboration de l’Institut national de l’audiovisuel). Cette série, « This is a quarantine », a débuté vendredi 20 mars par un titre engagé et inspiré par les circonstances : « Minimize contact between people » (« Réduisez au minimum le contact entre les gens »). Une œuvre qui se veut en outre un hommage au groupe allemand précurseur dès les années 1970 de la musique électronique, Kraftwerk.

Et depuis hier, 27 mars, un deuxième clip est accessible, sous le titre « Digital Lockdown ». Auteur (et césarisé pour cela) de la musique originale du superbe film 120 battements par minute de Robin Campillo (qui racontait les débuts de l’association Act Up-Paris dans sa lutte contre le sida), celui qui aime à se définir comme un « punk en costard », toujours sapé à quatre épingles, a aussi promis d’inviter dans ce cadre ses amis DJs pour une série de remix. Une sorte de cadavre exquis vidéo-musical, à découvrir chaque vendredi de confinement.

Deux « pistes » pour ne pas déprimer, et même se dépenser un peu. Entre nos quatre murs, évidemment.

Lire aussi > Voyage autour de nos chambres #6

Pour lire tous les articles de la série > RDV dans la rubrique Culture


Haut de page

Voir aussi

Articles récents