« J’ai la peur au ventre quand je pars au travail, peur de contaminer mes usagers »

Aujourd’hui, dans #LesDéconfinés, Marion*, auxiliaire de vie, 38 ans. Redoutant de contaminer les personnes âgées dont elle s’occupe, et pour se protéger, elle a dû s’équiper elle-même de masques et de gel au début du confinement.

Rachel Knaebel (Basta!)  • 18 avril 2020
Partager :
« J’ai la peur au ventre quand je pars au travail, peur de contaminer mes usagers »
© PHOTO : PASCAL LACHENAUD / AFP

Je suis mère d’une petite fille de deux ans et demi. Mon conjoint étant au chômage, je continue de travailler, et beaucoup. Pour le mois d’avril, pour l’instant, je suis prévue pour travailler 37 heures par semaine, mais ça va sûrement augmenter.

En tant qu’auxiliaire de vie, la plupart des personnes dont je m’occupe sont à risque de par leur âge avancé ou leurs problèmes de santé divers. Autant dire que j’ai la peur au ventre quand je pars au travail, peur de contaminer mes usagers, car je ne sais pas si je suis porteuse du Covid-19 étant donné que personne n’est testé dans mon entreprise. Ce qui est vicieux, c’est qu’on peut être porteur sans symptômes, ou faire le test un jour, être négatif, mais se retrouver porteur le lendemain parce qu’on a pas pris assez de précautions.

#Lesdéconfinés, une série de témoignages sur le travail et les nouvelles solidarités pendant le confinement. Nous cherchons des témoignages de personnes qui ne vivent pas leur confinement comme tout le monde. Si vous êtes obligés de sortir pour travailler ou si vous devez sortir pour créer de nouvelles solidarités (association, voisinage), racontez-nous votre expérience et envoyez-nous un mail. (Témoignage publié le 14 avril sur Bastamag.net)

Un élan de solidarité s’est fait autour de moi. Ma mère, infirmière à la retraite, m’a très rapidement fabriqué des masques de fortune avec des filtres à café. Puis, une amie m’a fabriqué trois masques en tissu. Puis, le 23 mars, j’ai reçu des recommandations de la part de mon entreprise par mail. Et, depuis une semaine, elle me fournit des masques et des gants. Avant, ils n’en avaient pas, ils avaient du mal à s’approvisionner. Ce n’est pas forcément de leur faute.

Mais je n’ai pas attendu leurs recommandations pour compter sur mon bon sens. Par mes propres moyens financiers je me suis procuré très vite des gants en grande quantité et un peu de gel hydroalcoolique. Je me lave les mains très régulièrement. Je désinfecte tout dans ma voiture. Je fais mon maximum. Si une des personnes dont je m’occupe est contaminée, je vais vraiment m’en vouloir. Au début, j’étais en colère envers ma responsable de ne pas avoir de masques et de gants. Elle me disait : « Vous pouvez ne pas travailler. » Mais alors, qui ira à ma place ? Je fais déjà plus d’heures en ce moment parce qu’il y a des gens en arrêt maladie. Même en temps normal, nous avons des problèmes de personnels, parce qu’auxiliaire de vie, ce n’est pas un travail reconnu.

Parmi les personnes dont je m’occupe, beaucoup n’ont pas peur. La plupart ont plus de 90 ans, elles ont vécu la « vraie » guerre. Et je les rassure aussi. Mais le soir, quand je rentre, il m’arrive de pleurer dans ma voiture à cause de mon impuissance, face à la gestion gouvernementale pitoyable de cette crise, et le manque d’anticipation qu’il y a eu, à tous les niveaux.

* Le prénom a été changé.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant