« On nous a dit “vous auriez dû rester ouverts”, puis dans la foulée “il faut fermer” »

Aujourd’hui dans #LesDéconfinés, Francis*, directeur d’un IME accueillant de jeunes autistes, qui a fermé mais va rouvrir partiellement pour accueillir des jeunes dont les parents sont hospitalisés.

Romain Haillard  • 13 avril 2020
Partager :
« On nous a dit “vous auriez dû rester ouverts”, puis dans la foulée “il faut fermer” »
© PHOTO d’illustration d’un IME à Paris en 2008 (FRANCK FIFE / AFP)

Je suis directeur d’un institut médico-éducatif (IME). Nous accueillons à peu près 200 jeunes autistes et des jeunes avec des déficiences intellectuelles. Au début de la crise, comme tout le monde, nous avons eu les informations par la presse. La semaine avant le confinement, juste quelques consignes sur le serrage de main ou la bise. Puis avant le week-end, les rumeurs sur un confinement commencent et nous voyons ce qui se passe dans l’Oise. Comme nous n’avions aucune directive, nous nous sommes inspirés des écoles, nous avons fermé l’établissement.

Il a fallu dans l’urgence s’organiser pour assurer un suivi à domicile, définir un protocole. Nous ne pouvions pas nous permettre de réaccueillir les jeunes. Dans le même week-end, on nous a dit « vous auriez dû rester ouverts », puis dans la foulée « il faut fermer ». Je travaille dans un établissement public, et nous avons quand même eu des difficultés à avoir des informations. Toutes provenaient des proches : la cousine de la tante de machin qui a dit ça. Donc pas forcément très fiable.

#Lesdéconfinés, une série de témoignages sur le travail et les nouvelles solidarités pendant le confinement. Nous cherchons des témoignages de personnes qui ne vivent pas leur confinement comme tout le monde. Si vous êtes obligés de sortir pour travailler ou si vous devez sortir pour créer de nouvelles solidarités (association, voisinage), racontez-nous votre expérience et envoyez-nous un mail
La question à se poser dans l’absence de consignes : comment organiser des interventions à domicile dans des conditions sanitaires suffisantes pour se protéger ? Encore plus compliqué : comment le faire quand nous ne sommes pas un établissement purement médical ? Nous n’avons pas la culture des protocoles d’hygiène stricts comme en hôpital ou en Ehpad.

Nous avons dû trouver nous-même du gel hydroalcoolique, des masques, des tenues… Les maires nous ont beaucoup aidés. Avant, les masques n’étaient « pas nécessaires », selon le gouvernement, nous avons quand même équipé nos intervenants. Et à chaque visite à domicile, c’est prise de température, gants, blouses, tenue de cosmonaute, la totale.

Quand nous avons renvoyé les jeunes chez eux, nous avions peur. Leurs parents n’ont pas l’habitude de les gérer tous les jours. Nous nous attendions à des crises. Mais ce qui ressort, c’est davantage une peur de renvoyer leur gamin chez nous, avec d’autres enfants et les exposer à une contamination. De la même manière, les parents ne nous sollicitent pas davantage pour venir chez eux, de peur qu’on amène le virus.

Désormais, nous allons rouvrir un internat pour accueillir des jeunes potentiellement porteurs du virus dont les deux parents vont être hospitalisés. Il n’y avait aucune autre solution pour ces enfants, il fallait rouvrir. Mais quand les institutions nous l’ont demandé, nous avions deux jours pour tout organiser. Comment assurer la sécurité de tous dans nos locaux – dont l’architecture n’est pas adaptée –, comment gérer l’entretien ? Et puis, il fallait obtenir le consentement de notre personnel. Au vu des risques, nous avons d’abord écarté nos travailleurs âgés, puis ceux avec des risques : insuffisance respiratoire, pathologie cardiaque.

Nous avons d’abord contacté les jeunes, et sur la base du volontariat. Dans le cas contraire, nous aurions dû les « réquisitionner », nous n’avons pas eu à le faire. Au contraire, beaucoup ont eu connaissance de la réouverture d’un internat, ils se sont spontanément proposés. D’autres se sont proposés pour donner un coup de main au foyer de l’enfance à côté, en manque de personnels. C’est le propre de ce genre de situation, nous voyons la fragilité de notre système, mais s’expriment les élans les plus forts d’humanité.


* Le prénom a été changé.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier