« Tu veux vivre librement de ton activité ? Démerde-toi. »

Aujourd’hui dans #LesDéconfinés, le coup de gueule de Jérôme, artisan brasseur indépendant à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Devrait-il rester confiné comme on le lui suggère, alors que sa situation économique est précaire ? Et la bière serait-elle moins indispensable que d’autres aliments ?

Patrick Piro  • 15 avril 2020
Partager :
« Tu veux vivre librement de ton activité ? Démerde-toi. »
© L'atelier de Jérôme, brasseur de bière artisanal. photo : Lila Azeu

Ce matin je me suis réveillé agacé de petites remarques calées derrière un clavier : « Tu vois, travailler, aller livrer tes bières en ce moment, c’est dangereux pour tout le monde, si on veut se débarrasser du virus, il faut rester chez soi, blablabla… »

Alors pour une fois, je vais te raconter ma situation, qui vaut, j’en suis sûr, pour des milliers de personnes.

Je suis artisan, « indépendant » comme affublé par la catégorisation administrative. Par idéologie capitalistique, l’État a exclu les gens dans mon cas des côtisations chômage. Tu comprends, je suis « libre » de me payer comme je veux, je prends « un risque entrepreneurial », il ne faudrait pas non plus que je demande aussi l’argent du beurre. Tu veux vivre librement de ton activité ? Démerde-toi.

#Lesdéconfinés, une série de témoignages sur le travail et les nouvelles solidarités pendant le confinement. Nous cherchons des témoignages de personnes qui ne vivent pas leur confinement comme tout le monde. Si vous êtes obligés de sortir pour travailler ou si vous devez sortir pour créer de nouvelles solidarités (association, voisinage), racontez-nous votre expérience et envoyez-nous un mail.
Il se trouve que je suis issu d’une famille modeste (économiquement), et je n’ai pas d’argent qui dort pour me permettre une distanciation des urgences matérielles. Et comme j’ai l’outrecuidance de vouloir vivre sous un toit et de manger trois repas par jour (le reste étant un luxe très épisodique), eh bien je n’ai pas le choix : je bosse.

Nos charlots du « gouvernement » ont communiqué ces dernières semaines sur des millions d’euros disponibles pour sauver l’économie. « Pourquoi donc Martin tu ne demandes pas à en bénéficier ? » Car pour les 1 500 euros d’aide d’urgence, il faut justifier d’une réduction d’activité d’au moins 50 %. Raté, pas de bol, je n’ai fait « que » moins 35 %. Les propositions de crédits ? Elles viendront s’ajouter aux prêts déjà en cours. Au passage, quel pipeau ! La décision d’attribuer un prêt garanti est laissée au soin des banques, qui ne lâcheront pas grand chose aux petites boîtes. Restent des côtisations diverses simplement reportées, dont la facture arrivera plus tard.

Bref, il ne faut pas être grand analyste pour comprendre qu’il va y avoir de la casse. Les petites boîtes, celles qui démarrent, dont la viabilité économique est encore à trouver, n’auront pas la capacité de repartir à la fin de ce grand bazar. Le « nouveau monde » qui se dessine va sans doute ressembler à une régénérescence du capitalisme au profit d’une petite oligarchie, plutôt qu’à une aimable conversion à l’économie de proximité et aux circuits courts…

Enfin, je propose à toutes ces personnes prolixes en avis sur le boulot des autres une petite réflexion sur ce que serait une « activité essentielle » qui aurait le droit de continuer quand d’autres devraient s’arrêter impérativement.

J’ai sans doute beaucoup d’amis pour lesquels la bière et autres alcools sont indispensables pour une vie joyeuse. Pour d’autres, l’art et la culture sont essentiels. Ou bien le jardinage, la nature… Moi j’aurais quelques trucs à dire sur la nécessité des métiers de la finance ou de la publicité. Et puis derrière mon activité, il y a l’agriculteur, le malteur, le houblonnier, celui qui fabrique l’emballage, l’étiquette, le carton, la bouteille, celui qui livre, etc.

Tu vois que c’est un peu plus compliqué qu’au premier abord. Voilà pourquoi je ne vais pas m’épuiser en ce moment en lectures et ennuis ensoleillés, et que je vais sortir pour aller livrer les gens, en respectant les consignes sanitaires. Et ne t’y trompe pas, je ne te demande pas de soutien ou de courage, juste un peu plus de distanciation intellectuelle et d’altruisme.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant