« Tu veux vivre librement de ton activité ? Démerde-toi. »

Aujourd’hui dans #LesDéconfinés, le coup de gueule de Jérôme, artisan brasseur indépendant à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Devrait-il rester confiné comme on le lui suggère, alors que sa situation économique est précaire ? Et la bière serait-elle moins indispensable que d’autres aliments ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ce matin je me suis réveillé agacé de petites remarques calées derrière un clavier : « Tu vois, travailler, aller livrer tes bières en ce moment, c'est dangereux pour tout le monde, si on veut se débarrasser du virus, il faut rester chez soi, blablabla… »

Alors pour une fois, je vais te raconter ma situation, qui vaut, j'en suis sûr, pour des milliers de personnes.

Je suis artisan, « indépendant » comme affublé par la catégorisation administrative. Par idéologie capitalistique, l'État a exclu les gens dans mon cas des côtisations chômage. Tu comprends, je suis « libre » de me payer comme je veux, je prends « un risque entrepreneurial », il ne faudrait pas non plus que je demande aussi l'argent du beurre. Tu veux vivre librement de ton activité ? Démerde-toi.

Il se trouve que je suis issu d'une famille modeste (économiquement), et je n'ai pas d'argent qui dort pour me permettre une distanciation des urgences matérielles. Et comme j'ai l'outrecuidance de vouloir vivre sous un toit et de manger trois repas par jour (le reste étant un luxe très épisodique), eh bien je n'ai pas le choix : je bosse.

Nos charlots du « gouvernement » ont communiqué ces dernières semaines sur des millions d'euros disponibles pour sauver l'économie. « Pourquoi donc Martin tu ne demandes pas à en bénéficier ? » Car pour les 1 500 euros d'aide d'urgence, il faut justifier d’une réduction d’activité d'au moins 50 %. Raté, pas de bol, je n'ai fait « que » moins 35 %. Les propositions de crédits ? Elles viendront s'ajouter aux prêts déjà en cours. Au passage, quel pipeau ! La décision d’attribuer un prêt garanti est laissée au soin des banques, qui ne lâcheront pas grand chose aux petites boîtes. Restent des côtisations diverses simplement reportées, dont la facture arrivera plus tard.

Bref, il ne faut pas être grand analyste pour comprendre qu'il va y avoir de la casse. Les petites boîtes, celles qui démarrent, dont la viabilité économique est encore à trouver, n'auront pas la capacité de repartir à la fin de ce grand bazar. Le « nouveau monde » qui se dessine va sans doute ressembler à une régénérescence du capitalisme au profit d'une petite oligarchie, plutôt qu'à une aimable conversion à l'économie de proximité et aux circuits courts…

Enfin, je propose à toutes ces personnes prolixes en avis sur le boulot des autres une petite réflexion sur ce que serait une « activité essentielle » qui aurait le droit de continuer quand d'autres devraient s'arrêter impérativement.

J'ai sans doute beaucoup d'amis pour lesquels la bière et autres alcools sont indispensables pour une vie joyeuse. Pour d'autres, l'art et la culture sont essentiels. Ou bien le jardinage, la nature… Moi j'aurais quelques trucs à dire sur la nécessité des métiers de la finance ou de la publicité. Et puis derrière mon activité, il y a l'agriculteur, le malteur, le houblonnier, celui qui fabrique l'emballage, l'étiquette, le carton, la bouteille, celui qui livre, etc.

Tu vois que c'est un peu plus compliqué qu’au premier abord. Voilà pourquoi je ne vais pas m'épuiser en ce moment en lectures et ennuis ensoleillés, et que je vais sortir pour aller livrer les gens, en respectant les consignes sanitaires. Et ne t'y trompe pas, je ne te demande pas de soutien ou de courage, juste un peu plus de distanciation intellectuelle et d'altruisme.


Haut de page

Voir aussi

Louis Mieczkowski, l'insaisissable

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.