Au procès de la violence managériale

Il y a un an, France Télécom et sept ex-cadres dirigeants étaient jugés pour harcèlement moral. Une cinquantaine de plumes ont chroniqué les quarante-deux jours d’audience.

Pour tirer la pleine sève d’un événement en tous points inédit, le syndicat Solidaires a choisi de faire chroniquer par 54 écrivain·es, chercheur·ses et artistes, jour après jour, chacune des audiences du procès de France Télécom et de sept ex-cadres dirigeants, jugés au printemps 2019 pour « harcèlement moral ».

Avec une riche diversité des points de vue et des styles, leurs textes – regroupés dans un recueil intitulé La Raison des plus forts – examinent la mécanique de la pensée managériale et retracent les histoires personnelles des 39 victimes retenues par le tribunal, dont 19 se sont suicidées. Ils décryptent également l’effroyable violence du système imaginé pour transformer l’entreprise, qui transpire encore à l’audience dans la défense des prévenus, en forme de déni.

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents