Biélorussie : Un peuple contre son tyran

Tandis que l’Union européenne entre prudemment en scène par ses sanctions contre le régime Loukachenko, la rue ne faiblit pas.

Les sanctions prises vendredi dernier par l’Union européenne contre le pouvoir biélorusse étaient attendues depuis un mois, tout comme leur faible niveau de coercition à l’endroit du dictateur Loukachenko : il a soigneusement été écarté d’une liste d’une quarantaine de responsables interdits d’entrée dans l’Union européenne, où leurs avoirs ont été gelés. Ils sont accusés de répression contre l’opposition ou de truquage de l’élection présidentielle du 9 août dernier qui a conduit à la réélection du maître de Minsk. Macron y a poussé, argumentant de la nécessité de maintenir un canal de négociation avec Loukachenko, dont l’Union a pourtant refusé de reconnaître la légitimité, fin septembre. Dans la foulée, le président français avait rencontré, en Lituanie où elle s’est réfugiée, l’opposante Svetlana Tikhanovskaïa, qui se considère comme victorieuse du scrutin. La chancelière allemande Merkel a fait de même.

L’UE, qui revendique de pouvoir parler avec tout le monde, cherche à s’imposer au centre d’une médiation qui permettrait de nouvelles élections libres sous supervision internationale, en évitant toute ingérence « de l’Ouest ou de l’Est ». Cette diplomatie très prudente vise en fait à ménager Poutine, dans les bras de qui Loukachenko s’est réfugié, à court de solution pour sauver son trône. Moscou se dispose même à répercuter les sanctions que Minsk prendra en rétorsion contre l’UE. Dimanche dernier, les rues de Biélorussie ont encore une fois été investies par des dizaines de milliers de protestataires, en dépit de la répression systématique.

© Politis

Katerina, 44 ans, est l’une des égéries de la révolte. Elle arbore les couleurs blanc et rouge de l’ancien drapeau biélorusse, utilisé jusqu’à l’arrivée de Loukachenko au pouvoir. Depuis le début des protestations, le 9 août, elle est en première ligne. Malgré ses multiples arrestations, elle persiste.

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Dépasser la sidération immédiate

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.