Le virage ultra-laïciste de Macron

En 2017, Emmanuel Macron prônait une laïcité ouverte et de dialogue. Désormais, il s’aligne sur les belliqueux qu’il dénonçait.

Michel Soudais  • 28 octobre 2020 abonné·es
Le virage ultra-laïciste de Macron
© Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

À mesure que l’on se rapproche de 2022, la campagne présidentielle de 2017 n’est plus qu’un lointain souvenir. Emmanuel Macron prônait alors une laïcité ouverte et de dialogue. « Oublier ce qui nous constitue, renier nos principes, nous affoler comme des papillons dans la lumière noire du terrorisme, ce n’est pas la France », écrivait-il en 2016 dans son livre-programme, Révolution. Depuis l’effroyable décapitation de l’enseignant Samuel Paty par un terroriste islamiste, le 16 octobre à Conflans-Sainte-Honorine, les papillons affolés sont légion. Dans les ministères, les enceintes parlementaires mais aussi à l’Élysée.

Et cet affolement joint à la pression des chaînes d’info hystérisées est propice à toutes les confusions. Les uns et les autres proclament la « laïcité en danger » quand ce que cet attentat remet en cause est plus simplement la liberté d’enseignement et la liberté d’expression. La rhétorique funeste d’un « ennemi de l’intérieur » fait son grand retour…

Il y a un an encore, au micro de RTL, Macron assurait que « le communautarisme, ça n’est pas le terrorisme ». Aujourd’hui, à en croire des propos rapportés par Le Figaro (19 octobre), il estimerait que « le séparatisme est bel et bien un terreau du terrorisme », justifiant ainsi un durcissement de son projet de loi anti-séparatisme. Qu’il ait pour objectif de « renforcer la laïcité » et de « conforter les principes républicains », suivant les termes de son nouvel intitulé, ce texte n’en reste pas moins une « loi de lutte contre le séparatisme religieux », suspectant au premier chef les musulmans. En Conseil de défense, le chef de l’État a demandé au garde des Sceaux de plancher sur un nouveau « délit de séparatisme » pour incriminer les comportements incitant à la violence contre une personne parce qu’elle a exprimé son soutien aux valeurs de la République.

« Si les laïcistes gagnent en mai 2017, expliquait tranquillement Emmanuel Macron à Mediapart en novembre 2016, j’aurai perdu une bataille. » Elle a été gagnée. Pour un temps. Mais par opportunisme électoral ou par connivence coupable, le chef de l’État les a laissés reprendre pied jusqu’aux plus hautes sphères gouvernementales.

En meeting à Lyon, le 4 février 2017, le candidat Macron refusait qu’une femme ne puisse pas « travailler avec le voile » quand elle n’exerce « pas dans un service public, où la neutralité est requise ». « Ce ne sont pas les règles de la République. Et accepter qu’elle perde un peu de cette liberté, c’est accepter que nous perdions de la nôtre », soutenait-il. Élu, il n’a rien trouvé à redire à son ministre de l’Éducation nationale quand Jean-Michel Blanquer a professé l’an dernier, à plusieurs reprises, que « le voile n’est pas souhaitable dans notre société » car « ce qu’il dit n’est pas conforme à nos valeurs ».

Ceux qu’il faut battre désormais, ce ne sont plus les « laïcistes », mais les tenants de la laïcité sans adjectif, celle qui est un principe d’organisation politique et non une valeur déifiée fût-elle qualifiée de républicaine. Aiguillonnés par les premiers, les figures de la macronie ont engagé la chasse aux sorcières, avec l’approbation implicite de l’Élysée.

Lire aussi > Printemps républicain : un groupuscule d’influence

Pour aller plus loin…

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

Derrière la fragile unité des gauches, le spectre de 2027

Au cœur des négociations comme en dehors, la question de la prochaine présidentielle traverse les esprits du Nouveau Front populaire.
Par Lucas Sarafian
Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

Y aller ou pas ? La gauche unie face au dilemme du pouvoir

En situation de majorité relative, le Nouveau Front populaire pourrait ne pas avoir assez de marge de manœuvre pour appliquer son programme de rupture. Il court le risque d’être disqualifié politiquement mais ne compte pas laisser passer une occasion de gouverner.
Par Lucas Sarafian
À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique
Analyse 17 juillet 2024 abonné·es

À gauche, face au RN, une nécessaire remise en question stratégique

La relative victoire du Nouveau Front populaire aux élections législatives ne doit pas masquer un constat inquiétant. Le Rassemblement national continue de progresser et de s’ancrer. Pour contrer cette hausse, la gauche a tout intérêt à s’implanter localement dans les zones rurales. Pas simple.
Par Hugo Boursier
Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable
Gauche 16 juillet 2024

Une mobilisation populaire éteinte par une gauche irresponsable

Alors que le Nouveau Front populaire a soulevé une espérance chez de nombreuses organisations du mouvement social, les dernières tergiversations quant au nom du Premier ministre ont jeté un froid. Et questionnent la possibilité d’un accompagnement d’un gouvernement de gauche par une mobilisation populaire.
Par Pierre Jequier-Zalc