Monsanto mis K.-O. par un agriculteur

Intoxiqué en 2004 par l’herbicide Lasso, Paul François poursuivait l’entreprise pour « défaut d’information ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Monsanto, coupable ! La Cour de cassation a rejeté le pourvoi du géant de l’agrochimie – racheté en 2018 par Bayer – actant sa condamnation définitive dans le dossier l’opposant à Paul François (photo). Intoxiqué après avoir inhalé en 2004 des vapeurs de l’herbicide Lasso commercialisé par Monsanto, l’agriculteur français poursuivait l’entreprise pour « défaut d’information sur l’étiquette et non-respect du devoir de vigilance ». La justice a estimé que le groupe aurait dû signaler le danger spécifique d’utiliser le produit en cas de travaux dans des cuves, mais ne s’est pas prononcée sur la toxicité même du Lasso. Précisons que cet herbicide est interdit en France depuis novembre 2007 et avait été banni du Canada dès 1985, de Belgique et du Royaume-Uni en 1992. 

Après treize années de combat judiciaire, Paul François a remporté une belle victoire contre la multinationale. Mais à quel prix ? Car ce sont aussi treize années de fatigue, de maladie, de peur, d’angoisse. « Je ne vais pas très bien en ce moment, a-t-il confié à l’AFP. Je n’ai pas eu la force d’aller à Paris. » En effet, depuis qu’il a inhalé les vapeurs du Lasso, le céréalier charentais souffre de troubles neurologiques, a dû être hospitalisé plusieurs fois et a frôlé la mort. Malgré cela, l’espoir de faire jurisprudence l’a fait tenir : « Il y aura un avant et un après ce procès. Il montre qu’un simple citoyen peut faire condamner une multinationale. Et ça montre bien que ces produits sont dangereux. » Sa persévérance ouvre une immense brèche pour toutes les autres victimes de produits toxiques, produits et défendus aveuglément par de puissants monstres agrochimiques.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.