Dossier : Gouverner sans chef, c'est possible

Gouverner sans chef, ils l’ont fait ! Notre-Dame- des-Landes : L’invention de la Commune du bocage

« C’est un chantier en cours, ni un exemple ni un idéal »

« C’est un chantier en cours, ni un exemple ni un idéal », note modestement Claire (1), vivant sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes depuis une décennie. Gouvernance horizontale, décisions par consensus, interpellation des rapports de domination, etc., « ces pratiques ne sont pas spécialement expérimentales en matière d’éducation populaire ». Si cette modestie est partagée parmi les « historiques », à l’extérieur, en revanche, le mode de vie de la ZAD fait briller des yeux. Désormais pacifiée, elle a connu de nombreuses installations l’an dernier, rapporte Hector, qui a vécu lui aussi les grandes heures de la ZAD.

Au début des années 2010, la vie est relativement cloisonnée en petits pôles dispersés sur les quelque 2 000 hectares de ce bocage nantais. Les premières formes collectives sont des « réunions d’habitant·es », pour entraver les travaux d’approche de l’aéroport et établir quelques structures communes – zone non marchande, espace bureau, fonds de matériels… Automne 2012, date pivot. L’opération César échoue à chasser les anti-aéroport. « La résistance a donné envie aux différentes composantes en lutte de “faire ensemble” », indique Pierre. « Squatteurs » (comme on disait alors), groupes paysans, associations, naturalistes et soutiens venus des bourgs voisins se retrouvent pour discuter des orientations relatives à la ZAD.

Il reste 63% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.