Les pédagogies queer au service de l’émancipation

Au cœur des questionnements contemporains, le genre est pourtant absent de la formation des enseignants. C’est la raison d’être de l’association Queer éducation.

L ’idée, avec les pédagogies queer, c’est de développer l’esprit critique des élèves, résume Loup, enseignant d’arts plastiques dans un collège de l’Essonne. Et c’est là notre principal argument pour nous défendre d’éventuels reproches de non-neutralité (1) ». Il s’agit de donner des clés aux adolescents pour « comprendre comment fonctionne la société » et les amener à se questionner sur les normes sociales qui la régissent. Des normes qui, elles, sont loin d’être neutres. C’est en tout cas ce que défend Queer éducation, l’association dont Loup fait partie, officiellement créée en juillet 2020. « En tant que personne trans au sein de l’Éducation nationale, j’ai éprouvé le besoin de faire partie d’un collectif qui traite de certaines questions, se souvient-il. Il n’en existait pas vraiment, mais j’ai entendu parler d’une initiative en cours. » Faute de pouvoir intégrer une structure déjà établie en lien avec le secteur éducatif, « je me suis dit que je pouvais contribuer à en créer une ! »

C’est Tim, professeur de français depuis trois ans, qui est à l’origine de ce projet lancé il y a plus d’un an et demi sur les réseaux sociaux. Son expérience du monde enseignant le confronte au fait qu’« être homosexuel dans un établissement scolaire soulève un ensemble de problématiques, vis-à-vis des élèves comme des personnels », qu’il lui est difficile de partager au sein de son établissement. « Pour lutter contre l’isolement des personnels queer », il crée un groupe Facebook où l’on constate que le manque de liberté au sein de l’Éducation nationale affecterait non seulement la pédagogie des professionnel·les et « leurs façons d’être », mais aussi les élèves. Enseignant·es, assistant·es d’éducation ou conseiller·ères principaux·ales d’éducation y échangent, discutent de leurs pratiques et se nourrissent de ce que chacun et chacune met en place au sein de son établissement pour lutter contre les discriminations et les stéréotypes de genre. Mais pas seulement.

Conscientisation

Pour l’association, l’objectif est de « mettre en avant » les pédagogies queer, elles-mêmes faisant partie d’un champ plus vaste : celui des pédagogies critiques. Un courant théorisé par le pédagogue brésilien Paulo Freire à partir des années 1980 – qui a, depuis, inspiré d’autres pédagogies (féministe, antiraciste et décoloniale, anti-oppressive…). Comme l’explique Irène Pereira, enseignante en philosophie, chercheuse en sociologie, présidente de l’Iresmo (2) et spécialiste des pédagogies critiques, « ce que Paulo Freire a développé, c’est la “conscientisation”, c’est-à-dire le développement du sens critique, qui amène à prendre conscience des rapports sociaux de pouvoir et des inégalités. Ce processus peut conduire à une certaine compréhension de la société et à l’engagement individuel dans les éléments de transformation révolutionnaire de celle-ci ».

Il reste 73% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Assurance-chômage : la grande loterie

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.