[PODCAST] Chez Free, ubérisation et souffrance au travail

[À l’écoute] Quel avenir pour les centres d’appels Free ? Incertain : des suppressions de postes et une restructuration massive se profilent.

Politis  • 8 avril 2021
Partager :
[PODCAST] Chez Free, ubérisation et souffrance au travail
© Photo : LIONEL BONAVENTURE / AFP

La direction du géant des télécommunications multiplie les pressions pour parvenir à une uberisation de ses centres d’appels. En partenariat avec Radio Parleur, cette émission « Penser les Luttes » interroge donc syndicalistes et spécialistes, pour mieux comprendre l’impact de ces restructurations massives.

Nos invité‧es :

  • Anousone Um, délégué syndical Sud chez CRM 08, une filiale de Free dans les Hauts-de-Seine. Auparavant appelé Mobipel le centre, il a depuis été racheté par le sous-traitant italien Comdata.
  • Emmanuelle Lépine, psychologue clinicienne, elle travaille au quotidien sur les sujets de souffrance et de maltraitance au travail.

Les 2 200 téléconseiller‧res qui travaillent pour Free ne semblent pas être la priorité du management. Il faut le dire, sur le marché ultra concurrentiel des télécoms, Free est le dernier opérateur à avoir gardé ses centres d’appels en France. Un choix « social » affirme Xavier Niel, PDG de l’entreprise. Le milliardaire se targue de maintenir des emplois dans l’Hexagone.

2021 s’annonce comme une année charnière pour le groupe Iliad, la structure qui chapeaute Free. Après le recours massif à la sous-traitance, c’est maintenant l’uberisation totale des centres d’appels qui est dans les tuyaux. Le but ? Compresser les effectifs et réduire, une fois encore, les coûts. Le projet, intitulé Free Proxi, vise à déployer des mini-centres d’appels autonomes les uns des autres. Il menace donc de démantèlement, à terme, tous les sites actuels. Par ailleurs, les craintes exprimées au sujet de ces nouveaux centres sont nombreuses. La principale : un management délétère induisant des souffrances quotidiennes pour les salarié‧es de Free.

© Politis

Animation : Martin Bodrero, journaliste pour Radio Parleur, et Erwan Manac’h, journaliste pour Politis. Production : Sophie Peroy-Gay, Erwan Manac’h, Martin Bodrero. Réalisation : Martin Bodrero.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires
Agriculture 23 février 2024

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires

À la veille du Salon de l’agriculture, le gouvernement a fait de nouvelles annonces pour calmer la colère des agriculteurs. Une nouvelle fois, les salariés agricoles en sont les grands absents. Pire, ils sont la principale cible.
Par Pierre Jequier-Zalc