Les retrouvailles de la lutte anti-Cigéo

Alors que s’ouvre ce 1er juin le procès de sept opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure, la mobilisation est renforcée par la prise de conscience de nombreux élus.

Vanina Delmas  • 1 juin 2021 abonné·es
Les retrouvailles de la lutte anti-Cigéo
Le site de l’Andra attend encore la validation par les services de l’État de la demande de déclaration d’utilité publique.
© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN/AFP

La paisible place Saint-Pierre, sur laquelle trône le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc, a retrouvé les slogans, les banderoles et la ferveur des militants antinucléaires. Si l’atmosphère se veut joyeuse et déterminée, la raison du rendez-vous est grave. Du 1er au 3 juin, sept personnes comparaissent pour « association de malfaiteurs ». Elles ont été identifiées et ciblées par l’instruction judiciaire ouverte en 2017 comme opposant·es clés au projet Cigéo, ce centre de stockage qui vise à enfouir à terme plus de 80 000 mètres cubes de déchets radioactifs à 500 mètres sous les pieds des habitants de Bure, entre la Meuse et la Haute-Marne. En quatre ans, ce sont vingt domiciles perquisitionnés, dix militant·es interdit·es de se voir, des gardes à vue, une centaine de téléphones

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 8 minutes