Tarcila Rivera Zea : « Les nominations de femmes autochtones sont de vrais progrès »

L’émergence de femmes autochtones à des postes élevés résulte de décennies de luttes, analyse Tarcila Rivera Zea.

C’est l’une des personnalités indigènes les plus reconnues du Pérou et dans le monde. Tarcila Rivera Zea œuvre depuis plus de trente-cinq ans pour la défense des droits des peuples autochtones, en particulier auprès des femmes et des jeunes, dans plusieurs instances internationales notamment. Elle siège actuellement à la commission internationale « Les futurs de l’éducation » de l’Unesco, ainsi qu’au comité d’éthique du tribunal électoral, au Pérou, où elle dirige Chirapaq, un centre pour les cultures autochtones qu’elle a fondé.

Elisa Loncón au Chili et Mary Simon au Canada, après Deb Haaland aux États-Unis… Que vous inspire la promotion de ces personnalités autochtones dans leurs pays respectifs ?

Tarcila Rivera Zea : C’est très important pour nos peuples, et pour les femmes en particulier. Nous nous sentons représentées par elles, qui ont consacré leur vie à leur peuple et à leur culture. Dans une société chilienne réputée anti-autochtone, c’est un grand succès de voir l’une d’elles élue présidente de l’Assemblée constituante, alors que les communautés indigènes comptent pour à peine 12 % de la population. De même pour Mary Simon, qui a mis toute sa vie ses compétences au service de son peuple, les Inuits, et d’autres peuples autochtones : sa nomination frappe dans un Canada choqué par la découverte de centaines de tombes d’enfants morts dans des internats catholiques, ce qui pousse l’État à compenser ces actes inacceptables.

Quant à la nomination de Deb Haaland à ce poste si important de ministre de Joe Biden… Elle a toujours défendu les peuples indigènes, notamment leurs droits territoriaux. Elle est totalement engagée auprès d’eux sur les questions environnementales.

Mais ces émergences restent isolées…

Et même symboliques. Cependant, il ne s’agit pas d’aumône et il faut reconnaître ces promotions comme de vrais progrès, car nos peuples se sont battus sur de multiples fronts au cours des cinquante dernières années.

Il reste 55% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.