Éducation prioritaire : une expérimentation qui inquiète

Des établissements hors REP pourront bénéficier au cas par cas d’avantages associés à ce label. Au risque d’en signer la fin ?

Il ne s’agit pas d’une simple évolution, comme l’éducation prioritaire en a beaucoup connu en quarante ans d’existence, que propose le gouvernement. Mais bien d’un changement de paradigme. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, et Nathalie Élimas, secrétaire d’État chargée de l’Éducation prioritaire, ont lancé, pour la rentrée 2021, une expérimentation dans trois académies : Nantes, Lille et Aix-Marseille. Celle-ci prévoit la mise en place de contrats locaux d’accompagnement (CLA) passés entre les établissements scolaires et les rectorats, une « voie parallèle » au réseau d’éducation prioritaire (REP), précise la secrétaire d’État.

Selon le principe de « donner le plus à ceux qui ont le moins », le classement en éducation prioritaire déclenche une série d’avantages tels que la dotation en heures supplémentaires pour faire des classes moins nombreuses et des demi-groupes, des primes pour les enseignants et des décharges pour la coordination en équipe. Les CLA permettent aux établissements qui ne bénéficient pas de ce classement d’obtenir désormais certains de ces avantages, « selon leurs besoins » : ici des primes pour attirer les enseignants, là des dotations d’heures pour des classes moins chargées… Il n’est pas question de toucher à l’existant, sous-entendu de défaire les REP, martèle le gouvernement. Toutefois, la crainte est que, si cette expérimentation des contrats locaux fonctionne, elle prenne le pas sur le modèle actuel de l’éducation prioritaire.

Il reste 65% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.