Théâtre de marionnettes : L’avenir au bout du fil

La 21e édition du festival de Charleville-Mézières, consacré à la marionnette, a permis de mesurer la reconnaissance nouvelle de ce champ artistique.

Anaïs Heluin  • 29 septembre 2021 abonné·es
Théâtre de marionnettes : L’avenir au bout du fil
Un spectacle de rue, le 18 septembre 2021, à Charleville-Mézières.
© FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Charleville-Mézières est l’un des rares lieux en France où, dans la rue ou au bistrot, la marionnette s’invite régulièrement dans les conversations. Sur la belle place Ducale, modèle d’urbanisme du XVIIe siècle, ou sur les hauts du parc du Mont-Olympe, on ne s’étonne guère de rencontrer des amis se remémorer les premiers spectacles de la compagnie Turak, dans les années 1980. Michel Laubu y dessinait les contours de la Turakie, son « petit pays en géographie verticale inconnu de tous mais qui peut exister dans l’imaginaire de chacun », dont il continue à chaque création d’enrichir l’histoire grâce à un sens bien à lui de la récup.

De même, Ilka Schönbein, avec sa suite du bestiaire fantastique qui l’a rendue célèbre à l’étranger, est une habituée du Festival mondial des théâtres de marionnettes, créé à Charleville en 1961 par le marionnettiste Jacques Félix. Tout comme Émilie

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 5 minutes