Au procès des 8 militants des jardins d’Aubervilliers

Le parquet a requis un an de prison avec sursis et 2500 euros d’amende à l’encontre de celles et ceux qui s’étaient mobilisés, le 2 février dernier, contre la bétonisation des jardins.

Pauline Gensel  • 5 septembre 2022 abonné·es
Au procès des 8 militants des jardins d’Aubervilliers
© Les militants lors de l'opération du 2 février. (Photo : Pauline Gensel.)

Un solarium improvisé, devant le tribunal de Bobigny. Armés de bermudas, de lunettes de soleil et de couronnes de fleurs, une centaine de personnes se sont réunies, vendredi 2 septembre, quelques heures avant l’ouverture du procès de huit militants opposés aux travaux menaçant les jardins ouvriers d'Aubervilliers. À deux pas de la passerelle Marie-Claire, hommage à Marie-Claire Chevalier, figure de la lutte pour le droit à l’avortement en France défendue en 1972 par Gisèle Halimi.

Dans un message lu lors de l’inauguration de la passerelle en 2005, l’avocate énonçait alors : « Je souhaite que tous ceux qui l’emprunteront désormais se souviennent des luttes menées et des succès remportés, mais

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 5 minutes