« Qui sait » de Pauline Delabroy-Allard : intimes inconnus

Dans son deuxième roman , Pauline Delabroy-Allard enquête sur ses origines et le pouvoir de la littérature.

En 2018, Pauline Delabroy-Allard faisait une entrée remarquée en littérature avec Ça raconte Sarah (Minuit). Récompensé par de nombreux prix, ce livre décrit une passion destructrice entre deux femmes.

L’autrice franchit le cap délicat du deuxième roman en affirmant la dimension auto­biographique de son écriture. Dans Qui sait, la narratrice s’appelle Pauline. Mais elle a beau se prénommer comme la romancière, son identité n’est guère un espace de certitude.

© Politis

L’instabilité, le doute de Pauline sont exposés dès le seuil du récit, où cette dernière se met en scène dans une mairie parisienne pour y demander sa première carte d’identité.

Il reste 67% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.