« Revoir Paris » d'Alice Winocour : une mémoire trouée

Alice Winocour signe une œuvre intelligente et subtile sur les traumatismes post-attentats.

R evoir Paris. Un titre à entendre dans toute sa plénitude sémantique. Revoir Paris, non seulement comme on y retourne après une plus ou moins longue absence, mais aussi comme on le redécouvre, comme on ne l’a jamais vu. Alice Winocour a pertinemment choisi ce titre pour son quatrième long-métrage, qui raconte le retour à la vie « normale » d’une femme survivante d’un attentat.

Les actes terroristes survenus en France au milieu des années 2010 entrent peu à peu dans les fictions. On se souvient du personnage incarné par Reda Kateb dans la première saison d’En thérapie  ; ou d’Amanda, le film de Mikhaël Hers, dans lequel une petite fille devait continuer à vivre après la disparition de sa mère. L’approche d’Alice Winocour est aussi très personnelle : son propre frère se trouvait au Bataclan le 13 novembre 2015.

Il reste 74% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Paul Veyne : « La fascination pour l'Antiquité ne m'a jamais quitté »

Idées accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.