« Un été comme celui-ci deviendra la norme d’ici à 2050 »

Pour le climatologue Christophe Cassou, la conscience de l’urgence climatique a douloureusement progressé cet été, mais les politiques publiques restent encore loin du compte.

Vanina Delmas  • 7 septembre 2022 abonné·es
« Un été comme celui-ci deviendra la norme d’ici à 2050 »
© Les pompiers interviennent sur un incendie de forêt à Belin-Beliet (Gironde), le 13 août 2022. (Photo : Thibaud MORITZ/AFP.)

Sécheresse, canicules, fonte des glaciers, inondations, incendies… L’inventaire des catastrophes climatiques de l’été 2022 n’est pas achevé et, pourtant, il comporte déjà de dramatiques records. Le Royaume-Uni a déclenché pour la première fois une alerte rouge « chaleur extrême » face au thermomètre approchant les 40 °C. La Chine a connu une vague de chaleur pendant plus de 70 jours consécutifs, le glacier alpin de la Marmolada a succombé aux 10 °C relevés à son sommet…

En France, la sentence de Météo France est tombée le 30 août : l’été 2022 (juin, juillet et août) est le deuxième le plus chaud observé depuis au moins 1900, avec un écart de + 2,3 °C par rapport à la moyenne 1991-2020. Juste derrière celui de 2003, durant lequel la canicule avait fait plus de 15 000 victimes. Christophe Cassou, climatologue, directeur de recherche au CNRS et coauteur du sixième rapport du Giec, livre son analyse de cet été catastrophique qui deviendra la norme d’ici à 2050. Il dresse un constat aussi sévère qu’implacable sur le manque d’ambition politique pour lutter contre le changement climatique.

L’été 2022 est-il le signe que nous assistons à l’accélération du changement climatique ?

Christophe Cassou : Nous ne vivons pas une accélération du changement climatique, mais un changement rapide puisque la température moyenne annuelle de la France augmente environ de 0,1 °C tous les trois ans. L’été que l’on vient de vivre est un avant-goût de ceux de 2050. Pourquoi 2050 ? Cet été, l’anomalie – c’est-à-dire l’écart de température par rapport à une période de référence – devrait se situer autour de 2 ou 2,5 °C.

L’été 2022 a aussi permis de constater les conséquences d’événements composites, c’est-à-dire qui apparaissent en même temps ou qui s’enchaînent.

Il est donc intéressant de regarder dans le futur et de se demander quand cette anomalie de 2 °C deviendra le climat normal. Il s’avère que ce serait vers 2050. Un été exceptionnel comme celui-ci deviendra un

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 15 minutes

Pour aller plus loin…

Total au tribunal : la fin de l’impunité ?
Luttes • 8 décembre 2022

Total au tribunal : la fin de l’impunité ?

L’action en justice lancée par six associations contre le projet pétrolier de Total en Ouganda et en Tanzanie a abouti, mercredi 7 décembre, à une audience au tribunal judiciaire de Paris. La multinationale française est jugée pour avoir manqué à son devoir de vigilance. Une première.
Par Rose-Amélie Bécel
Une lutte électrique en Guyane française
Luttes • 7 décembre 2022 abonné·es

Une lutte électrique en Guyane française

Le peuple kali’na se bat contre l’installation d’une centrale dans le village amérindien Prospérité. Une délégation est venue à Paris pour tenter de trouver des soutiens politiques à l’Assemblée nationale.
Par Vanina Delmas
Bretagne : après le feu, ramener la vie
Reportage • 30 novembre 2022 abonné·es

Bretagne : après le feu, ramener la vie

2 200 hectares sont partis en fumée dans les monts d’Arrée cet été. Depuis la rentrée, un comité constitué d’autorités, d’organisations et d’habitants se penche sur les solutions pour remettre les landes en état et prévenir de futurs incendies.
Par Mathilde Doiezie
Batteries électriques : les forçats du « cobalt de sang » congolais
Pollution • 16 novembre 2022 abonné·es

Batteries électriques : les forçats du « cobalt de sang » congolais

Essentiel à la conception de nos batteries, ce minerai provient aux deux tiers des sous-sols de la République démocratique du Congo. Entre corruption, exploitation, meurtres et concentration dans les mains de la Chine, sa production pose d’urgentes questions éthiques.
Par Théophile Simon