« Une déshumanisation totale des Palestiniens »

L’analyste politique palestinienne Inès Abdel Razek décrit la situation en Cisjordanie et à Gaza, où les habitants éprouvent « colère et frustration ».

Denis Sieffert  • 21 septembre 2022 abonné·es
« Une déshumanisation totale des Palestiniens »
Une Palestinienne, à Hébron, en novembre 2021.
© Photo : HAZEM BADER / AFP.

Depuis Jérusalem, où elle vit, Inès Abdel Razek, directrice du Palestine Institute for Public Diplomacy, organisation indépendante palestinienne de mobilisation internationale pour les droits des Palestiniens, installée à Ramallah, analyse leur situation d’isolement. Une situation qui les met à la merci de la représentation que font d’eux les gouvernements israélien et occidentaux. Sans rapport avec la réalité.

Quels changements avez-vous perçus au cours des dernières années en Cisjordanie et à Jérusalem, notamment depuis le mandat de Donald Trump ?

Inès Abdel Razek : La normalisation internationale du régime israélien va de pair avec la consolidation de l’apartheid sur le terrain. Cela renforce la culture d’impunité d’Israël, qui se sent plus libre de commettre des exactions, avec l’assentiment international.

La violence n’est pas seulement celle de haute intensité que montrent parfois les médias internationaux lors de bombardements. Ce que les Israéliens appellent « calme » ne l’est jamais pour les Palestiniens et la violence ne s’arrête pas. Depuis le début de l’année, 140 Palestiniens ont été tués par l’armée en Cisjordanie et à Gaza. 

À cela s’ajoutent les démolitions de maisons, l’avancement des constructions de logements dans les colonies, les incarcérations arbitraires, le harcèlement des ONG, les lois ségrégationnistes ou encore la recrudescence de la violence par les colons. Des pogroms sont menés dans des villages palestiniens en toute impunité.

L’armée protège des colons et la politique de répression est soutenue par la population israélienne.

Avez-vous l’impression que l’armée couvre ces exactions ?

Il y a une claire interdépendance entre

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban