Mouvement social : la revanche de la CGT ?

Grâce à la grève dans les raffineries, le syndicat est parvenu à remettre la hausse des salaires dans le débat public. Une réussite qui a surpris jusqu’en son sein et qu’il aimerait généraliser.

Pierre Jequier-Zalc  • 26 octobre 2022 abonné·es
Mouvement social : la revanche de la CGT ?
© Rassemblement à l'initiative de la CGT et de l'intersyndicale du département 66 pour les salaires, le droit de grève et les retraites, à Perpignan, le 18 octobre 2022. (Photo : JC Milhet/ Hans Lucas via AFP.)

Entre le 29 septembre et le 18 octobre, il ne s’est déroulé que trois semaines. Pourtant, pour la CGT, les choses ont beaucoup changé. La confédération, avec plusieurs autres syndicats, avait appelé de longue date à une journée de mobilisation interprofessionnelle le 29 septembre, qui faisait office de « manifestation de rentrée », même si, au sein des centrales syndicales, on déteste ce terme.

Hausse des salaires, retraite à 60 ans… Les mots d’ordre étaient nombreux. La mobilisation, en revanche, est restée plutôt discrète. 250 000 personnes y ont participé dans toute la France selon la CGT, et les revendications n’ont que peu pesé dans le débat public.

Trois semaines plus tard, la donne semble avoir quelque peu changé. La hausse des salaires s’est en effet imposée comme un enjeu majeur du moment. La raison ? Une grève de plus de trois semaines dans les raffineries de Total (certaines sont encore en cours à l’heure où nous écrivons ces lignes) qui a partiellement bloqué le pays et ainsi instauré un rapport de force important entre les organisations syndicales, le

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)