GUD, le retour d’une légende brune

Longtemps en sommeil, le Groupe union défense (GUD) a fait un retour symbolique la semaine dernière. Le réveil de l’organisation néofasciste arrive en pleine période de tentatives d’union à l’extrême droite radicale.

Daphné Deschamps  • 16 novembre 2022 abonné·es
GUD, le retour d’une légende brune
© Montage des deux photos publiées sur le canal Telegram « GUD Paris ».

Deux photos et un message laconique sur les réseaux sociaux : « GUD is back ». Pas besoin de développer plus pour le canal Telegram GUD Paris ou le compte Instagram associé : déjà, tous les groupuscules d’extrême droite radicale repartagent en masse l’information, historique pour ce milieu.

Le GUD, groupuscule d’extrême droite connu pour ses actions violentes, mais aussi pour son important rôle d’école de formation politique et idéologique dans cette frange de l’échiquier politique, vient de se reformer.

S’étant mis en sommeil en 2017 au profit du Bastion social, le GUD fait figure de quasi-légende pour les nationalistes et les identitaires de tout poil, tant il a été important pour ces mouvements durant près d’un demi-siècle. Et sa réactivation

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Politique
Temps de lecture : 5 minutes