L’utopie « concrète » du premier mur d’escalade en France

Au début des années 1980, trois professeurs d’EPS du lycée Robert-Doisneau de Corbeil-Essonnes et leurs élèves décident de créer en autonomie le premier mur d’escalade en intérieur de France. Récit d’une aventure singulière.

Martin Fort  • 9 novembre 2022 abonné·es
L’utopie « concrète » du premier mur d’escalade en France
« ll n’y avait pas besoin de nous dire ce qu’il fallait faire puisque nous étions les porteurs du changement . »
© Martin Fort.

Tous les mercredis après-midi, la vingtaine d’élèves de l’AS Escalade du lycée Robert-Doisneau de Corbeil-Essonnes grimpent sur une pièce d’archéologie de la discipline. La paroi construite dans le gymnase de leur établissement est le premier mur d’escalade en intérieur de France. L’ajout de pans modernes de couleurs différentes lui a donné un caractère unique, à la manière d’une chemise dont les coudes auraient été rapiécés.

Cette œuvre de sept mètres de haut et de 300 mètres carrés a été pensée, dessinée et construite par trois professeurs d’EPS, un architecte militant et les élèves du club d’escalade de 1981 à 1983. « Le support est bien pensé, juge le professeur d’EPS présent ce mercredi après-midi d’octobre. Mais il n’y a pas les dernières évolutions, notamment la possibilité de changer les prises de place. »

Une de ses collègues ajoute : « Ce n’est pas une voie pour être champion mais, en revanche, tout le monde peut arriver en haut. » Passionnée par l’aventure autogestionnaire, politique et utopique du mur, elle prend le temps de la raconter à

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)