McKinsey a-t-il financé la campagne de Macron en 2017 ?

La justice s’est saisie de la question. Selon Le Parisien, le Parquet national financier (PNF) a ouvert une information judiciaire pour des chefs de « favoritisme » et de « financement illégal de campagne électorale ».

Nadia Sweeny  • 24 novembre 2022
Partager :
McKinsey a-t-il financé la campagne de Macron en 2017 ?
© Photo : JOEL SAGET / AFP.

Et une nouvelle enquête s’ouvre sur les pratiques opaques de la macronie ! Mais cette fois-ci, elle met directement en cause Emmanuel Macron, en s’intéressant au financement de sa campagne présidentielle de 2017. Cette nouvelle enquête ouverte courant novembre vise, selon Le Parisien, à éclaircir la nature des liens étroits qui unissent la présidence de la République et l’entreprise américaine de conseil McKinsey.

Elle fait suite aux investigations menées lors d’une première procédure ouverte au printemps pour « blanchiment aggravé de fraude fiscale » visant notamment McKinsey. À cette occasion, le siège parisien avait été perquisitionné le 24 mai dernier. C’est suite aux éléments recueillis à cette occasion que le Parquet national financier (PNF) a décidé d’élargir les investigations à des chefs de « favoritisme » dans l’attribution des marchés publics et de « financement illégal de campagne électorale ».

Trois juges désignés

Trois juges d’instruction ont été désignés à cette fin, dont le fameux juge Serge Tournaire, doyen du pôle financier au tribunal judiciaire de Paris. Surnommé « L’incorruptible », il a instruit les dossiers politico-financiers les plus emblématiques de la dernière décennie dont l‘affaire Fillon, celle du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy ou encore l’affaire Bygmalion.

Dans l’affaire McKinsey qu’il récupère désormais, c’est le rapport de la commission d’enquête sénatoriale sur l’influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques, publié le 17 mars 2022, qui avait mis le feu aux poudres. Les sénateurs, avaient mis en évidence l’évolution inquiétante du nombre de contrats conclus entre l’État et ces entreprises de consultants qui avaient « plus que doublé » entre 2018 et 2021 atteignant un montant record d’un milliard d’euros l’an dernier !

En parallèle, on y apprenait que McKinsey n’avait payé aucun impôt sur les sociétés en France entre 2011 et 2020, bien que son chiffre d’affaires français ait été estimé à 329 millions d’euros en 2020.

Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Police : le tabou judiciaire du faux en écriture publique
Police • 7 décembre 2022

Police : le tabou judiciaire du faux en écriture publique

Il est le corollaire des violences policières : les agents mentent dans les procès-verbaux pour se couvrir. Pourtant, le faux en écriture publique, infraction criminelle, peine à être poursuivi par la justice. Encore un tabou ?
Par Nadia Sweeny
Au congrès d’EELV, l’enjeu ardu de la massification
Écologistes • 7 décembre 2022 abonné·es

Au congrès d’EELV, l’enjeu ardu de la massification

Marine Tondelier est la probable future cheffe d’EELV. Les écologistes ont choisi la stabilité du centre avec cette héritière de Julien Bayou. Entre refondation, autonomie et fin des polémiques, la lourde tâche à venir, pour le parti, sera de rassembler.
Par Jonathan Trullard
« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »
Entretien • 7 décembre 2022 abonné·es

« La valeur accordée à la parole des policiers se détériore »

Loïc Pageot est vice-procureur de Bobigny, en charge des dossiers mettant en cause des policiers. Affecté depuis douze ans dans la 2ème plus grande juridiction du pays, il évoque, sans langue de bois, la gestion de ces dossiers complexes.
Par Nadia Sweeny
Violences policières : un œil et dix ans de perdus
Enquête • 7 décembre 2022 abonné·es

Violences policières : un œil et dix ans de perdus

Il y a dix ans, Driss perdait son œil sous les coups d’un policier. Depuis, la justice peine à déjouer les mensonges des agents et à instruire une affaire dans laquelle se sont mêlés absence de communication entre brigades, recours à une brutalité aussi extrême que gratuite et complaisance du parquet. Politis a eu accès à ce dossier inédit. Récit de dix années de combat judiciaire.
Par Nadia Sweeny