Ukraine : la reconstruction d’un peuple

À Kyiv, à Irpine et à Boutcha, les populations se mobilisent pour effacer les traces de la guerre. Certains tiennent le coup en se nourrissant d’une haine grandissante envers l’envahisseur russe.

Sylvain Biget  • 1 novembre 2022 abonné·es
Ukraine : la reconstruction d’un peuple
© Photo : Sylvain Biget.

Kyiv, 10 octobre. Quelques heures après les attaques de missiles qui ont sonné la ville, les agents de la voirie s’affairent pour reboucher le cratère creusé par une frappe sur un carrefour du cœur de la ville, à proximité de l’université Taras-Chevtchenko et d’un parc apprécié par les habitants.

En moins de vingt-quatre heures, les ouvriers ont effacé ce trou. Il ne reste plus aucun débris. Des panneaux en contreplaqué remplacent les vitres des fenêtres soufflées sur tous les bâtiments situés dans un rayon de 100 mètres de l’épicentre de l’explosion. Les vitriers sont à l’œuvre et, si les stigmates de ces frappes restent gravés sur les murs des édifices, malgré le hurlement régulier des sirènes, la vie continue comme si tout cela n’avait pas existé.

Ces réparations immédiates, c’est un message que fait passer Vitali Klytchko, le maire de la ville, aux habitants et au monde. Les riverains s’en amusent. « Avant la guerre, il fallait un an pour que les trous dans la route soient comblés », plaisante Valentyna, qui a grandi à Kyiv.

Après la sidération, la combativité

Sur le moment, la population a été secouée par cette piqûre de rappel du 24 février, jour de l’invasion. Mais, désormais, la sidération de l’époque a laissé place à la combativité. Pour se venger de cette attaque,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 11 minutes