7 mars : la France à l’arrêt, la réforme aussi ?

À quelques jours de la prochaine date de mobilisation, les organisations syndicales et politiques opposées à la réforme des retraites labourent le terrain avec un objectif annoncé : faire du 7 mars la plus grosse journée de mobilisation depuis le début du mouvement.

Pierre Jequier-Zalc  • 1 mars 2023 abonné·es
7 mars : la France à l’arrêt, la réforme aussi ?
Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, le 7 février 2023.
© Lily Chavance

« L’essentiel, c’est que la journée du 7 soit forte, très forte, massive. » Ces mots, prononcés par Dominique Corona, secrétaire général adjoint de l’Unsa, ont le mérite d’être clairs. Après trois semaines sans date de mobilisation interprofessionnelle, l’intersyndicale appelle à « mettre le pays à l’arrêt » le 7 mars. Une formulation qui sous-entend un durcissement du mouvement.

Car après cinq journées de manifestations ponctuelles en janvier et février, c’est sur la grève que les centrales syndicales veulent appuyer. « Nous souhaitons que tous les salariés s’arrêtent de travailler, que des commerces décident de baisser le rideau… Qu’on montre que sans les travailleurs et travailleuses de ce pays, le pays ne tourne pas », explique Marie Buisson, membre de la commission exécutive de la CGT. « L’intérêt, c’est aussi de peser sur l’économie pour que le patronat ne soit pas épargné par notre mouvement », abonde Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT.

Si l’objectif d’une grève massive est avancé, le contexte d’inflation et de baisse du pouvoir d’achat reste une préoccupation majeure. « Penser à la fin de sa carrière, ça reste théorique quand on a la fin du mois à boucler avant », souffle Alexis Antonioli, secrétaire général de la CGT TotalEnergies en Normandie.

Nous souhaitons qu’on montre que sans les travailleurs et travailleuses de ce pays, le pays ne tourne pas.

C’est aussi avec ces données en tête que les organisations syndicales ont ménagé ces trois semaines de temps mort dans la mobilisation. Comme pour laisser aux salariés la possibilité de reprendre des forces avant de retourner au combat. Mais aussi pour leur permettre de préparer une journée que les centrales souhaitent « historique ».

Manifestation à Paris contre la réforme des retraites, le 11 février 2023. (Photo : Lily Chavance.)

« Les syndicats ne sont pas implantés dans l’ensemble des entreprises. On veut que les salariés de ces boîtes-là, souvent des PME, puissent nous rejoindre et faire grève le 7 mars. Il faut que notre travail en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Travail
Temps de lecture : 6 minutes

Pour aller plus loin…

Ce boulanger syndicaliste qui dérange
Reportage 21 février 2024 abonné·es

Ce boulanger syndicaliste qui dérange

Christian Porta, délégué syndical CGT de Neuhauser, une boulangerie industrielle, est menacé de licenciement pour harcèlement moral envers… sa direction. En une dizaine d’années, lui et son syndicat ont obtenu de nombreux acquis sociaux.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »
Entretien 20 février 2024

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »

Alors que le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe s’étaient mis d’accord pour instaurer une présomption de salariat pour les travailleurs des plateformes, Emmanuel Macron a réussi à faire échouer le projet de directive. Entretien avec Leïla Chaibi, députée européenne LFI.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc
L’arrêt menstruel, « un sujet de société et de santé publique »
Droits 14 février 2024

L’arrêt menstruel, « un sujet de société et de santé publique »

Le Sénat examine ce 15 février un texte qui permettrait aux femmes de bénéficier d’un arrêt de travail et d’un suivi médical en cas de règles douloureuses. Le bilan dressé par les communes ayant testé le dispositif apparaît positif. Mais le texte pourrait être bloqué par la droite.
Par Luna Guttierez