Syndicats étudiants : « Il faut construire quelque chose avec toute cette colère »

Les organisations de jeunesse veulent renforcer leurs rangs et bataillent pour capter une mobilisation qui se veut plus spontanée et radicale depuis l’annonce du 49.3, à l’image d’un nouveau syndicat, l’Union étudiante.

Hugo Boursier  • 10 avril 2023 abonné·es
Syndicats étudiants : « Il faut construire quelque chose avec toute cette colère »
Manifestation des syndicats étudiants contre la réforme des retraites, à Paris, le 7 février 2023.
© Lily Chavance

Des grues, des pelleteuses et le bruit dur des barres d’acier dans un quartier en ébullition. Devant le café proche de l’université Paris-Cité du 13e arrondissement de la capitale, où se tient la conférence de presse de l’Union étudiante, nouvelle organisation syndicale qui réunit l’Alternative et dix-sept sections locales de l’Unef, mardi 4 avril, le chantier en cours est à l’image des organisations de jeunesse : en pleine reconstruction.

https://twitter.com/unionetudiante_/status/1643675698370945029?s=20

Après la défaite contre la sélection à l’université (loi ORE) en 2017 et les échecs contre la mise en place de Parcoursup en 2022, les syndicats étudiants et lycéens se saisissent de la mobilisation contre la réforme des retraites pour s’afficher comme le meilleur porte-voix de la jeunesse contre le pouvoir.

« Les mouvements sociaux sont des moments de transformation de soi. On sent qu’on fait partie de quelque chose de plus grand que nous. L’urgence nous oblige à agir », explique Éléonore Schmitt, porte-parole de l’Union étudiante. Une forme de revanche pour une classe d’âge qui enchaîne les crises. « Ma génération n’a connu que le covid-19 et la sélection. Depuis, l’individualisation est plus forte. Ce phénomène dissout plus facilement les tentatives d’organisation collective », poursuit l’étudiante en science politique.

Les mouvements sociaux sont des moments de transformation de soi.

Un début d’explication pour comprendre pourquoi les jeunes ne se sont massivement impliqués dans le mouvement qu’à partir de début mars, voire du 16 mars, date de l’utilisation du 49.3, soit quasiment deux mois après la première manifestation nationale ? « La mobilisation a été plus importante immédiatement après le 49.3 parce qu’on ne touchait plus à une revendication, la bataille des retraites, mais à un élément plus traditionnel parmi les étudiants : la lutte pour la liberté. C’est un combat très ancien, qui touche au respect de la démocratie », analyse le politiste Robi Morder.

Le 23 mars, une semaine après l’annonce du 49.3, l’Unef annonçait 500 000 jeunes dans les rues dans toute la France. Des blocages inédits ont suivi. C’est le cas notamment à Assas ou à Dauphine, à Paris, à Lyon-III, ou à la faculté de droit de Rennes, jeudi 6 avril. Comme si la forte mobilisation des jeunes depuis le 16 mars était surtout due au coup de menton de trop d’Emmanuel Macron, plutôt qu’aux appels aux assemblées générales, aux blocages et aux manifestations lancés par les syndicats étudiants depuis le 19 janvier, dont deux d’entre eux – l’Unef et la Fage – siègent à l’intersyndicale.

Une lente structuration

Cette centralisation du combat autour du chef de l’État contribue, après le mouvement des gilets jaunes dont les jeunes, et surtout les étudiants, étaient relativement éloignés, à « transformer en rage légitime la défiance généralisée d’une grande partie de la population vis-à-vis de Macron et de son gouvernement », observe Ugo Palheta, sociologue à l’université de Lille et auteur d’un article proposant onze thèses politiques sur le mouvement social

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Travail
Temps de lecture : 9 minutes

Pour aller plus loin…

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »
Entretien 20 février 2024

« Emmanuel Macron défend les intérêts des plateformes contre ceux des travailleurs »

Alors que le Parlement européen, la Commission européenne et le Conseil de l’Europe s’étaient mis d’accord pour instaurer une présomption de salariat pour les travailleurs des plateformes, Emmanuel Macron a réussi à faire échouer le projet de directive. Entretien avec Leïla Chaibi, députée européenne LFI.
Par Lucas Sarafian
Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail
Travail 16 février 2024

Catherine Vautrin, ministre de la Santé et (pas vraiment) du Travail

Depuis son arrivée à la tête d’un « superministère » regroupant le Travail, la Santé et les Solidarités, Catherine Vautrin ne s’est que très peu exprimée sur le sujet du travail, abandonnant des agents du ministère inquiets et laissant les politiques libérales être décidées à Matignon.
Par Pierre Jequier-Zalc
« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens
Reportage 15 février 2024

« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens

Alors qu’Israël a annoncé une offensive militaire imminente à Rafah, où sont déplacés 1,4 million de Palestiniens, un rassemblement a eu lieu le 14 février dans la capitale devant le ministère des Affaires étrangères pour appeler la France à agir.
Par Pauline Migevant
« Arracher à une actrice des choses qu’elle n’a pas envie de donner est odieux »
Entretien 15 février 2024

« Arracher à une actrice des choses qu’elle n’a pas envie de donner est odieux »

À la suite des propos de Judith Godrèche, Axelle Ropert, réalisatrice et féministe, analyse les graves dysfonctionnements qui affectent le cinéma.
Par Christophe Kantcheff